Ici et Là-Bas - n° 347
Jeudi 20 octobre 2005
par Gens de la Caraïbe
   

si cette newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici

 

Kréyòl / Kriyol / kréyòl / kriyòl / kréol
et diversité culturelle / bouyon wara kiltirèl / bébélé kiltirèl / soupakongo kiltirèl

   
   
 
   
Gens de la Caraïbe
Lévwaz, Lékouz, moun toupatou !
Gente do Caribe
Menschen der Karibik
Gente del Caribe
Hende di Karibe
Karaibu no hitotachi
Mi gente, my people
   
© Elodie Barthelemy
Le Laboratoire d'art génétique © Elodie Barthélemy
Jouk atò a Monréyal rounso ki ka baylavwa asou lajòrnen entèrnasyonnal kréyòl 28 òktòb 2005.
Dépi jou pagra-twél mètba, moun ka palé, moun ka sasé, moun ki kontan kréyòl déja lyannen, marké, bokanté rounlo ké roun patché fwè.
Sa vrè a pa Monréyal rounso ki ka djoubaté asou sa lajòrnen entèrnasyonnal sa lannen-an, men ròt péy menm si yé ka fè bagaj, yé pa djen baylavwa sa lannen-an.
Men kréyòl a roun lanng entèrnasyonnal, ki fè lyannaj ant moun, annan bitasyon, ant sosyété, ant lovriyé-mindò atè Lagwiyann, ant gwadloupéyen (pou sa ki ka palé anglé-bannan) ké dominiken atè World Creole Music festival Dominik.

Seule la ville de Montréal communique largement sur ses activités autour de la journée internationale du créole. Le net aura permis à beaucoup de chercheurs, passionnés, collecteurs et locuteurs de créole de se connaître, se parler, se rencontrer.
Les bonnes volontés des autres régions proposent elles aussi des activités mais qui ne rayonnent que localement pour une langue bien internationale et qui a servi de médiateur pour bien des sociétés, en premier les sociétés plantationnaires, les chercheurs d’or de Guyane ou encore les Guadeloupéens qui partent au World Creole Music festival à la Dominique sans parler un mot d’anglais.

A Trinidad, certains parlent créole car il y a eu à un moment une présence française, comme à Sainte-Lucie. Paramine à Trinidad sur les hauteurs de Port of Spain est encore un lieu où l'on parle créole. Ils ont les mêmes légendes duenne (maskili ou timons), ladyablès, soukougnan.

Le festival de contes Kamalakuli mato en Guyane a impulsé une certaine dynamique autour du conte. De plus en plus d'initiatives se montent autour de cette pratique, tradition orale adaptée aux réalités d'aujourd'hui. Ainsi, la deuxième édition de la nuit du conte se tiendra le 5 novembre à Mana. Près de 17 conteurs de Guyane et deux conteurs de Guadeloupe et Martinique. En Guadeloupe, Pran ti ban-la sizé renouvelle sa nuit du conte (voir coconews.com) tandis que les éditions Lafontaine en Martinique lance un concours de contes (télécharger le formulaire). Et le conte fait aussi son chemin avec le Festival interculturel du Conte du Québec et sa Grande Nuit du Conte le 21 octobre.

Le mois d'octobre est donc le mois du créole avec son apothéose le 28, journée internationale du créole, mais c'est aussi un mois bien chargé en événements culturels. Nous avons donc eu du mal à boucler cette lettre, les annonces nous arrivant les unes après les autres. Nous faisons donc une exception pour essayer de parler de vous tous, dans une dynamique des cultures créoles. Il est vrai aussi que Lire en fête, du 14 au 16 octobre, nous a enthousiasmé et mobilisé ces derniers jours. Avec près de 4000 manifestations en France et dans cent pays pour mettre le livre à la portée de tous, cet événement réussit son affaire. Nous avons vu des nouveaux venus résistants aux vendeurs de produits culturels pas toujours nourrissants pour la santé intellectuelle, se pencher sur des livres, assister à des tables rondes, écouter des écrivains dans leur envie de partage ou de jeu narcissique.
Un bel espoir pour la non capitulation devant les industries culturelles de masse et pour la diversité culturelle ! Adelante !


Artiste du mois : Sully Andoche, conteur - Ile de la Réunion

© GDC 2005Le mois d'octobre à la Réunion est rythmé par deux festivals de contes, celui de Joinville et l'autre itinérant initié par les bibliothèques (cf. Itinérance plus bas). A cette occasion, voici le portrait d'un conteur que nous apprécions et avions rencontré en Guyane lors de Kamalakuli mato 2005.

C’est dans le quartier de Saint-Jacques à Saint-Denis de la Réunion que Sully Andoche a koupé son zonbri(1) et passera toute son enfance.
Nous sommes dans les années 60. La modernité est encore timide et la rue appartient aux enfants. Dans une ambiance bruyante, grouillante même, les cris, les jeux, les disputes sur fond de moukataz(2), font partie du quotidien.
Le soir venu, sous le lampadaire de la rue Sainte Marie, on se raconte des histoires. Celles qui font peur sont les préférées. Afin de convaincre son auditoire d’un soir, on rajoute un détail fantastique à l’histoire de la veille qui avait connu un succès pour le moins mitigé. Raconter devient un défi, improviser en racontant, une nécessité quasi vitale si le rakontèr ne veut pas mourir aux yeux des autres.
Il n’a pas connu de conteurs patentés, plutôt présents dans les veillées mortuaires (interdites aux faibles tempéraments d’enfants). Juste le souvenir d’un Grandyab la fès an or raconté en boucle par Pépé Apollon son grand-père.
Mais Sully a surtout dévoré des oreilles et des yeux les zistwar fé pèr de cimetières et d’invisibles. De dévinèr(3) aussi ; ceux qui transforment à l’envi les feuilles d’arbre (celui du jacquier donne les meilleurs résultats) en billets craquants de 1000 francs CFA. Je le jure devant la lumière qui m’éclaire et que Dieu m’écrase en poussière si ma langue ramasse des mensonges et comment peux-tu contester une parole de granmoun(4) ?
Toute histoire est parole et toute parole est vraie puisque c’est la bouche que Dieu a donnée qui l’a prononcée. Vraie comme l’histoire de cette nuit là où mémé Frédéa a vu son voisin (homme de loi, s’il vous plaît !) se transformer en chat pour s’introduire dans la maison de l’autre voisin pour faire des choses que diable seul sait. Comment est-il entré ? Mais par la serrure voyons !
Dans les années 80, Sully donne de la voix avec ses dalon(5) du groupe Ziskakan pour que la culture et la langue créoles soient reconnues. Les coupures de courant sont nombreuses et le matériel usagé n’en est pas vraiment la cause. Les censeurs du pas culturellement correct débranchent tout ce qui dépasse. Dans la pénombre, on envoie Sully au devant de la scène pour faire patienter. Tant qu’à faire, il raconte. Plus tard il contera, même quand le courant politique aura changé. Il contera dans les écoles, les kermesses, les kabar(6)… partout où la parole aura une oreille pour miroir.
Urgence de dire, urgence de rapporter, urgence de transmettre. Le conte, au même titre que le maloya il y a quelques années, mérite qu’on lui restitue la place qui est la sienne dans la culture réunionnaise. En passionné qu’il est, Sully, comme d’autres conteurs, s’y emploie tout modestement.
Christelle PATINON

(1) est né - (2) moqueries - (3) sorcier ; devin - (4) adulte - (5) camarades - (6) concerts

Ecoutez l’introduction de ses contes :
- version 1 (sur scène au festival Kamalakuli Mato 2005 - mp3, 745 Ko)
- version 2 (interview sur la Place des Palmistes, Cayenne, 2005 - mp3, 800 Ko)

Plus d'infos sur l'artiste >>


Revue de presse

Bon anniversaire à RFI kréyòl qui fête ses 15 ans et diffuse son magazine radio hebdomadaire dans de nombreux pays en ondes courtes ou moyennes et sur le net.

Le 15ème sommet ibéro-américain
dénonce le blocus des Etats-Unis contre Cuba. Pour la première fois, l’Espagne, le Portugal et l’Amérique latine prennent position contre l’embargo. (voir www.lemonde.fr ou www.humanite.presse.fr ou l’organe de presse cubain www.granma.cu)

Le cyclone Stan n’a pas épargné l’Amérique centrale. Le Salvador est le plus touché. Voir le journal suisse www.letemps.ch ou http://es.wikinews.org.
Tandis que Cuba, la péninsule du Yucatan et la Floride se préparent pour Wilma, le plus puissant cyclone jamais répertorié dans l'Atlantique. A suivre sur weathercarib.com ou stormcarib.com.

Des émigrants africains jetés dans le désert sans eau, ni nourriture.
La semaine du 4 octobre, les autorités marocaines refoulaient l'assaut de milliers de candidats au départ, qui tentaient de forcer la barrière militarisée de Melilla, enclave espagnole au nord du Maroc. Ceux qui n'ont pas pu passer ont été littéralement jetés dans le désert sans eau, ni nourriture.
"[...] Mis bout à bout, leurs récits composent une carte extraordinairement vivante de l'Afrique en mouvement. Les anciennes routes empruntées naguère par les marchands d'esclaves ressurgissent et s'animent, dopées par l'énergie de sans-papiers en quête de lendemains qui chantent [...]" Les clandestins bourlingueurs de Jean-Pierre Tuquoi, Le Monde du 13/10/2005.

Haïti / République Dominicaine
"Haitian children sold as cheap labourers and prostitutes for little more than £50. Dominican Republic accused of turning a blind eye to thriving trade in youngsters."
Gary Younge in Santo Domingo. Thursday September 22, 2005
- The Guardian, Londres.

L'avant-projet de convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles adopté, en commission, à la 33ème session de la Conférence générale de l'Unesco (du 3 au 21 octobre 2005) :
"Les éléphants et les aigles ont pu dialoguer avec les souris." C'est par cette étonnante métaphore que le représentant de la Jamaïque à l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) a salué, avant d'entonner une chanson de Bob Marley, la qualité des travaux qui ont permis, lundi 17 octobre, à Paris, l'adoption, en commission, du projet de convention sur la protection et la promotion de la diversité culturelle. Pourtant, si les Etats-Unis peuvent aisément être comparés à un éléphant dans le domaine de la culture, 85 % des tickets de cinéma vendus dans le monde profitent à un film hollywoodien, c'est peu dire que ce nouveau texte a été voté contre leur avis." Le Monde du 18/10/05.
Centré sur les expressions culturelles, cet avant-projet largement consensuel (car finalement peu contraignant pour les Etats qui peuvent y lire ce qu'ils veulent...) porte principalement sur les rapports entre les produits culturels et le commerce international libéralisé. Il vise 4 principes fondamentaux : la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, la reconnaissance de la "nature spécifique des biens et services culturels", la réaffirmation du droit souverain des Etats à mettre en place des politiques culturelles et l'encouragement d'une plus grande coopération et d'une plus grande solidarité avec les pays en développement.
Si ce vote en commission est une victoire certaine pour les partisans d'un droit international culturel, il faut encore que cette convention soit ratifiée définitivement et surtout qu'elle prouve son efficacité face aux autres instruments internationaux, en particulier ceux, plus normatifs et contraignants, de l'OMC.
En savoir plus sur le site de l'Unesco mais aussi le site du gouvernement du Québec qui se veut leader de la diversité culturelle. Les Français revendiquent, eux, la paternité de l'introduction du concept dans les débats internationaux. Il existe, en France, de nombreuses associations et organisations professionnelles qui militent activement en faveur de l’adoption par l’Unesco d’une convention internationale sur la diversité culturelle. Elles sont regroupées au sein de la Coalition française pour la diversité culturelle. 18 autres Coalitions pour la diversité culturelle se sont constituées à travers le monde et toutes sont réunies au sein du Comité International de Liaison des Coalitions pour la diversité culturelle (CIL).


Bonnes nouvelles

L’association Gaïac en Guadeloupe a reçu la "mention d'honneur du jury catégorie patrimoine architectural" dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, prix carrefour 2004.
« Au bout de quatre ans d'acharnement, un peu de reconnaissance... On tente de sauver une caféière en bois typique, l'habitation Saint-Léon d'une zone rurale en Côte-sous-le-Vent, une des constructions locales traditionnelles à Pointe-Noire dans les hauteurs après avoir acheté du bois local à l'ONF semblable au bois de l'habitation.
Les arbres abattus ont été tous replantés par les enfants pour la sauvegarde du patrimoine forestier. On a tenté de proposer une formation en chantier école afin de qualifier les jeunes aux métiers traditionnels, en déconstruisant la caféière et en la reconstruisant à l'identique par des jeunes qui pourraient ainsi sauver d'autres maisons.
Il n'y a que la DRAC qui a reconnu ce travail et le palmarès nous met en tête de toutes les associations (1800 à peu près en France et DOM). Nous remercions donc les services de la DRAC à ce propos pour leur soutien dans cette action et tous ceux qui ont participé aux journées de protection . A une voix près on avait le premier prix et on aurait eu un peu de sous pour commencer ».
Marie Christine PECHENART

Le CMAC, scène nationale de Martinique, communique sur sa saison 2005/2006 avec déjà de nombreux partenariats avec L'Artchipel, scène nationale de Guadeloupe. Voir leur site www.cmac.asso.fr


Départ

Aprè roun tan a rounòt
Franck Compper
décide de ne plus organiser Kamalakuli Mato, festival international de contes de Saint-Laurent du Maroni et ainsi consacrer plus de temps et d'énergie à ses pratiques de conteur, à la collecte de contes et aux ateliers de contes organisés pendant les vacances scolaires en Guyane. Un travail qui s'inscrit dans la durée et non plus dans le "seul événementiel", précise t-il. Ce festival aura tout de même, à notre avis, impulsé un certain renouveau du conte dans la Caraïbe et aura ainsi porté ses fruits. Maintenant que le mouvement est lancé, Krakémantò, l'association qui porte le festival, souhaite passer le relais. Merci pour ces quelques années à Franck et ses partenaires. Le festival pourra être cédé à des municipalités ou régions dans le cadre de leur politique culturelle. Alors comme il le dit lui même : kontinwé KRAKÉ MANTÒ...


Actualités du réseau GDC

Musique - Soft, le 21 octobre 2005 à L'Artchipel - Guadeloupe
La scène nationale qui a ouvert à guichets fermés sa saison avec le groupe Soft, le reprogramme déjà le 21 octobre : « Passionnés de jazz et de musiques traditionnelles guadeloupéennes, ces quatre jeunes musiciens accordent avec goût et subtilité leurs instruments. Ils inventent un rythme neuf, des sonorités inédites sur des arrangements et compositions modernes mais résolument créoles…» L’Artchipel. Plus d'infos en page Actus >>

Conte - Itinérance, des conteurs à la rencontre des bibliothèques communales et associatives de l'île de la Réunion - dans le cadre de Lire en Fête - Île de la Réunion
Suzy Ronel, conteuse guadeloupéenne, conte et chante la Caraïbe de ses origines, ses rencontres, les hommes, les femmes, la vie, la mort, les rites animistes... Dans le cadre de Itinérances, manifestation proposée par la Bibliothèque Départementale de Prêt de Saint-Denis et le Conseil général.
Vagabonderies en mer Caraïbe - spectacle tout public à partir de 6 ans :
- Bibliothèque de Trois-Bassins : jeudi 20 octobre, 15h - Rens. : 02 62 54 79 36
- Bibliothèque de Petite-Ile : vendredi 21 octobre, 15h - Rens. : 02 62 56 82 70
- Bibliothèque de La Plaine des Palmistes : samedi 22 octobre, 15h - Rens. : 02 62 51 48 24. Plus d'infos >>

Conte - Karbé-kont-atelier – du lundi 24 au samedi 29 octobre 2005, Krakémantò – Guyane
Pour les vacances de la Toussaint , Krakémantò organise son premier atelier contes pour les enfants de 8 à 13 ans. Animé par Manfeï Obin, ce stage a pour objectif de développer son imaginaire et savoir restituer une histoire oralement : préparation au monde de l'oralité par le conte, enseignement aux arts de la parole, mise en pratique et spectacle. Plus d’infos en page Actus >>

Expo - Le Laboratoire d'art génétique d'Elodie Barthélemy - du 21 au 30 octobre 2005 au Salon d'Automne - Paris. Plus d'infos en pages Actus >>
Voir aussi le site du Collectif 2004 Images et notre galerie d'Art Visuel (rubrique Créateurs).

Danse - Festival CARAÏP’-HOP - 28 et 29 octobre à 19h30, CMAC – Martinique
Le Festival Caraïp’-hop regroupe toutes les disciplines de la culture Hip-Hop à travers des expositions, de la danse (stages, shows et battles), des concerts et défilé de mode...
Pour cette 4ème édition, l'association Version Hip-Hop mettra l’accent sur la Caraïbe et sur d’autres pays où la reconnaissance de la culture Hip-Hop comme modèle de positivité est reconnue et valorisée. Plus d'infos >>

Photo - Eloges et préjudices de Nathalie Audibert – jusqu'au 5 novembre 2005, galerie JM'Arts - Paris
Prolongation de l'exposition Eloges et préjudices. Sont présentées les séries photographiques de Nathalie Audibert jusqu’au 5 novembre 2005. Plus d’infos en page Actus >>

Cinéma - Projection du documentaire Des Hommes et des Dieux
Dans le cadre du Mois du film documentaire, "Des Hommes et des Dieux", documentaire de Anne Lescot et Laurence Magloire, est projeté le 5 novembre 2005 à la Médiathèque d'Evry. Rens. : Elise Allanou au 01 69 91 59 77.
Le documentaire sera aussi projeté le 9 novembre 2005 à la Scène Nationale du Parvis à Tarbes. Rens. : Marie Gayzard au 05 62 90 60 31.
Les projections seront suivies d'une rencontre avec Anne Lescot. Plus d'infos sur www.collectif2004images.org.

Formation Amsec
- du 14 au 18 novembre 2005 - Martinique
La prochaine formation à l’Amsec aura lieu du 14 au 18 novembre 2005 avec pour thème : montage & diffusion d'une production. Plus d’infos >>


Musique - Flamme en Noir avec Emilie Benoît - les 18 et 19 novembre 2005, 20h30, musée Dapper - Paris
"Une atmosphère très particulière où les sons, les mots et les gestes emmènent les spectateurs ailleurs, vers le rêve. Influencée par le classique et le jazz, cette musique du monde aux pointes baroques est portée par ses rythmes créoles [...]".
Invitation Adhérents : 5 invitations pour 2 personnes pour les adhérents de GDC. Plus d'infos en page Actus >>

Mois du film documentaire à la Médiathèque du Gosier, novembre 2005 - Guadeloupe
Sont prévues trois projections par semaine (mercredi, vendredi, samedi) selon trois thèmes : Cinéma des Amériques vu par des réalisateurs guadeloupéens, Politique des Amériques (Luther King, Che Gevara, Chavez) et Les peuples (Inuites, Indiens d'Amériques).
Plus d'infos >>

Théâtre – Appel aux auteurs pour Textes en Paroles 2006
L'association Textes en Paroles qui travaille à la promotion de l'écriture théâtrale caribéenne, lance un appel aux auteurs afin de découvrir des textes dramatiques inédits ainsi que leurs auteurs lors de la 4ème édition de « Textes en Paroles ». Date limite de dépôt des textes : 31 janvier 2006. Plus d'infos en page Actus >>


Expo - Brésil, héritage africain - du 22 septembre 2005 au 26 mars 2006, musée Dapper - Paris.
L’exposition et l’ouvrage qui lui est associé visent à rendre manifeste la parenté entre arts de l’Afrique et productions afro-brésiliennes, sans sous-estimer l’influence de la religion chrétienne sur ces dernières... Plus d'infos >>


Agenda

Spectacle chorégraphique - Kor, Maison du Vent - du 7 au 30 octobre 2005 et du 4 au 9 novembre 2005 - Île de la Réunion
« Asphyxiés par la mémoire des terreurs du monde inscrite dans leur chair, des réfugiés, des exilés, des déplacés, enfants de la Terre et de la guerre, cherchent le chemin d’un nouveau souffle… Un passage au cœur du chaos qui les relie au monde, à l’autre ». Fiction organique, ce spectacle créé par le Théâtre Talipot met en scène une chorégraphie du vivant associée aux nouvelles technologies scéniques (image vidéo, son et lumière). Plus d’infos en pages Actus >>

Conférence - Débat : la drépanocytose - samedi 22 octobre 2005 - Créteil.
La maladie génétique du sang probablement la plus répandue au monde, frappant cruellement au cœur des familles d’Afrique subsaharienne et de la Caraïbe. Organisé par les associations SOS Globi et l'ACRAG,
de 10h à 18h, à la Maison de quartier du port (face à la passerelle Matero) - 94000 Créteil. Rens. : 01 64 30 93 32.

NTIC - 2ème Université de la Communication de l’Amazonie - du 25 au 28 octobre 2005 - Cayenne
Avec pour thème cette année : "Guyanes numériques : les clefs du développement".
Contact : Jean-Pierre Bacot - Délégué Général de l'UCAM. En savoir plus sur le site de l'UCAM >>


Musique - Hommage à la chanteuse martiniquaise Joby Valente, le 29 octobre 2005 - Limeil-Brivannes (94)
Contact/réservations : 06 60 65 64 35. Plus d'infos sur le site de l'ACAGA >>

Photo - Pierre Verger au Jeu de Paume
, jusqu'au 24 décembre 2005 - Paris
Hôtel de Sully, 62 rue Saint-Antoine, 75004 Paris. Rens. : 01 47 03 12 50. Plus d'infos >>

Musique - Trace TV annonce la mise à l'antenne exclusive de Tropical Sounds
Série inédite de documentaires sur les musiques actuelles de la Caraïbe et de l'Océan Indien. TRACE TV a co-produit cette série avec Canal+ Antilles et Canal+ Réunion.
Cette émission sera diffusée tous les mercredis à 21h, du 2 novembre 2005 au 18 janvier 2006.

Pluridisciplinaire - 3ème édition du festival des Sens
, 5 et 6 novembre 2005 - Martinique
De 16h à 16h non-stop, le festival est organisé par le Calebasse Café, scène de musiques actuelles au Marin. Lieu : en plein air sur la plage, face au Calebasse Café. Plus d'infos >>

Cinamazonia
- du 4 au 9 novembre 2005 - Guyane
Festival de cinéma des mondes métissés, cet événement accueille une quarantaine de films et documentaires en provenance du Brésil, du Surinam, d’Afrique ou des Caraïbes. Cette deuxième édition a pour thème Haïti dans le cadre du 200ème anniversaire de son Indépendance avec pour invité d’honneur, le cinéaste Raoul Peck. Cinamazonia se déroule sur les trois villes de Cayenne, Kourou et Saint-Laurent du Maroni. Plus d’infos >>

Musique - Maraina, premier opéra d'outre-mer
- les 16, 18, 19 novembre 2005 à 20h - Saint-Denis, théâtre de Champ Fleuri - Île de la Réunion
Le théâtre Vollard prépare le premier opéra d'outre-mer Maraina avec notamment des chanteurs des Antilles : Aurore Ugolin (Guadeloupe) dans le rôle titre, Josselin Michalon (Martinique)...
Résa ODC : 02 62 41 11 41. Supplémentaire éventuelle le 20 novembre à 18h. Plus d'infos sur le site www.vollard.com


Prix

Alain Mabanckou est lauréat du Prix RFO du livre 2005 pour Verre Cassé chez Le Seuil. Prix spécial du jury pour Bicentenaire de Lyonel Trouillot chez Actes Sud.


On a lu...

A l'ombre du flamboyant, album CD, collectage : Chantal Grosléziat, musique : Paul Mindy, illustrations : Laurent Corvaisier - 60 p. - 23,5 €- Ed. Didier Jeunesse 2004

A l'Ombre du Flamboyant A l’ombre du flamboyant, un livre, un cd.

Les chants du monde pour enfants s’imposent de plus en plus dans les collections jeunesse. L'éditeur Didier Jeunesse propose des ouvrages par communautés linguistiques et culturelles. Cela donne des ouvrages de qualité, aussi bien musicale que graphique ou sociologique. Les livrets reprennent non seulement les chants, mais proposent aussi des textes d’explications sur les cultures et l’histoire des peuples. C’est particulièrement le cas pour celui qui concerne la Caraïbe intitulé A l’ombre du flamboyant dont la préface est signée Hector Poullet, incontournable collectionneur de mots créoles depuis nanni nannan(1). Les chansons qui y sont présentées (et qui, ici, ne concernent que des îles francophones) sont interprétées entre autres par Mario Canonge ou Dédé Saint-Prix et les dessins du livret allient les techniques du découpage avec des couleurs chaudes et contrastées.
On découvre ainsi la version en créole haïtien de Frères Jacques dont les tambours font quand même "ding deng dong"… Les parents retrouvent la signification ou l’origine du mot créole kalé ou décalé qui viendrait de "arracher l’écal", sévice pratiqué à l’encontre des esclaves. Animaux mystérieux, diables et personnages aux pouvoirs magiques ou menaçants hantent des chansons qui racontent la misère antan Wobè ou Sorin "touléjou sé la farin sèch / lanmori woti épi fouyapen / ki mannyé ou lé mwen vini gwo, si manman-mwen pa ka ban mwen manjé…"(2)
"Zip zap wabap", des chansons à double sens, aux connotations sexuelles qui appartiennent au répertoire traditionnel créole côtoient "manman-doudou", une version en hommage aux manmans contrairement à la chanson source aux tragiques paroles "lè pitit an-mwen ka mandé mwen tété / Mwen kalé ba-li manjé matété"(3). La chanson devient ainsi "Manman doudou, évè lan mou, ou rivé fè si nou gran jodijou". (4)
A l’ombre du flamboyant fait partie de la collection Les petits cousins, publiée après celles sur les chansons du Maghreb (A l’ombre de l’Olivier), celles d’Afrique noire (Comptines et berceuses du Baobab), celles du Brésil et Portugal (Comptines et chansons du papagaio), et les recueils de comptines espagnoles, allemandes, anglaises, italiennes.
La maison d’édition se réjouit de voir cette collection utilisée depuis dix années incitant les enfants à ressentir très tôt "le désir d’une autre culture et autre langue par le jeu des ressemblances et des différences". Une formule qui fonctionne bien et a poussé Didier Jeunesse à publier un recueil de contes rassemblant des histoires du monde entier, du Bénin au Vietnam en passant par Haïti.

(1) depuis extrêmement longtemps
(2) tous les jours, je mange de la farine sans rien / de la morue rôtie avec du fruit à pain / comment grandir / si ma maman ne me donne pas à manger /
(3) quand mon petit me demande le sein, je lui donne du Matété (plats de riz avec crabes, indigeste pour un nouveau né)
(4) manman doudou, c'est ton amour qui nous a nourri pour faire de nous des adultes

Plus d'infos sur www.didierjeunesse.com >>


On a vu...

Cabaret Métisse, pièce de la Compagnie Aloé Théâtre, créée en Guadeloupe en résidence d'artistes, en représentation à Paris en octobre 2005.

Cabaret MétisseSaviez-vous que la lumière artificielle cause du tort à la communauté de lucioles ? A priori, l’information n’est peut-être pas aussi étonnante mais lorsqu’elle vous est dévoilée par deux paires de jambes - et donc quatre pieds très expressifs - la nouvelle prend une toute autre dimension. Bienvenus au Cabaret Métisse de Bénédicte Budan, une pièce de théâtre déjantée, n’ayons pas peur des mots, qui plonge le spectateur dans un univers inhabituel.
A partir d’articles de journaux véridiques, Magali Solignat et Sabine Boukobza passent au crible le monde de l’info dans une approche peu commune. Construit sous le mode de séquences, le spectacle offre néanmoins une harmonie qui mérite d’être soulignée. Est-ce parce que toutes les scènes ont en commun ce quelque chose de décalé, un élément, un accessoire ou un détail loufoque? On ne saurait dire. Dans tous les cas et par chance pour l’auditoire, la pièce ne tombe pas dans un assemblage de sketchs dépourvu de toute unité.
Le spectateur, s'il peut être surpris dans un premier temps, se laisse rapidement prendre au jeu, devient parfois même complice comme dans l’inimitable séquence du millionnaire où l’une des comédiennes descend des planches pour venir s’asseoir à nos côtés. Encore un peu et on s’y croirait presque.
Une comédie pétillante et qui touche aussi du doigt la surabondance médiatique. Glouton qu’il est d’information en tout genre, l’individu frôle l’intoxication et en arrive finalement à l’indifférence. Seule sur scène, Sabine Boukobza est là pour nous le rappeler : flanquée d’un nez de clown, un journal à la main, elle se contente de lire une succession de mots qui soudain retrouvent leur impact originel. La scène fait donc son effet même si à aucun moment dans cette pièce il n’est question de démagogie. Le ton est au divertissement et l’on frôle parfois la parodie (volontairement d’ailleurs) mais qu’importe, c’est tellement bien fait.
Pour sa mise en scène, Bénédicte Budan mise sur l’originalité : ambiance de cabaret et situations improbables servent au mieux le jeu des deux comédiennes qui investissent leurs personnages d’une énergie brute : rythme soutenu, performances vocales et même efforts physiques sont au rendez-vous. Un vrai concentré d’émotions que Sabine Boukobza et Magali Solignat nous transmettent avec générosité. Une pièce à voir pour se dérider la mâchoire à l’approche de l’hiver !
Anaïs JONES

Prochaines représentations : les 21 et 22 octobre à 20h au Lavoir Moderne Parisien - 35 rue Léon, 75018 Paris (M° Château Rouge) - Réservations : 01 42 52 09 14 - Tarif unique :12 euros
Invitation Adhérents : 1 invitation pour 2 personnes pour les adhérents de GDC. Plus d’infos en page Actus >>


Nouveaux adhérents et renouvellements

Structures

- La compagnie Aloé Théâtre, compagnie théâtrale créée à l’initiative de la comédienne Magali Solignat - Guadeloupe

Individuels

-
Antoine Guillot, journaliste à France Culture, émission d’actualités culturelles quotidienne « Tout arrive ». Ancien administrateur de l’Union des Musiciens de Jazz, Antoine fut notre trésorier et est toujours notre soutien le plus fidèle.

- Maria-Mercedes Salgado, designer graphique. Directrice artistique, infographiste free-lance, Maria-Mercedes a conçu le logo de Gens de la Caraïbe. Voir www.salgado-design.com


Vie de l'association/Site Internet

- L'Assemblée générale annuelle a été avancée au 5 novembre 2005.

- Le siège social de Gens de la Caraïbe - Paris a changé. Veuillez désormais nous adresser toute correspondance à :

Gens de la Caraïbe
c/o Jocelyn Gizolme
150, Avenue de Verdun
92320 Châtillon

Pour nous joindre par email : info@gensdelacaraibe.org ou anais@gensdelacaraibe.org
Pour joindre Karole Gizolme : karole@gensdelacaraibe.org ou +32 2 514 16 31 à Bruxelles

- Pour recevoir la lettre de GDC, inscrivez-vous ici >>

Karole et l’équipe de Gens de la Caraïbe.
Edito avec la complicité de Franck Compper pour le créole guyanais.
Merci en particulier à Echanges et Synergies, Timalis, Yann Stéphant, Anne Lescot, Christelle Patinon, Sully Andoche, Nathalie Naquin, Sylvie, Rémy, Patrick, Cathy, Wilfrid, Syeeda...

 
Email : info@gensdelacaraibe.org
Site Internet : www.gensdelacaraibe.org
   
   
 

La Caraïbe du Nord au Sud

Guadeloupe / Gwadloup
-
Théâtre : Textes en Paroles 2006, appel aux auteurs
- Médiathèque du Gosier - Saison 2005/2006 - Programmation du mois d'octobre
- Concert : Soft - vendredi 21 octobre 2005 à 20h00 à L'Artchipel

Guyane / Lagwiyan
- Contes : Karbé-kont-atelier - du 24 octobre au 29 octobre 2005


La Caraïbe dans le Monde

Hexagone
- Marseille : Festival des Arts Noirs et des cultures Autochtones (FANCA ) : A la rencontre des Cultures et des civilisations - du 3 au 12 novembre 2005

Paris
- Théâtre : Cabaret Métisse - 21 et 22 octobre à 20h au Lavoir Moderne Parisien Invitation Adhérents
- Ciné-club Afrique, 2ème saison : Défilée la folle - vendredi 21 octobre à 19h30 ou 20h30
- Rencontre d’hommage à Yves Benot - Bibliothèque nationale de France, 21 octobre 2005 de 9h à 18h
- Exposition : Le Laboratoire d'art génétique d’Elodie Barthélemy du 21 au 30 octobre 2005 au Salon d’Automne
- Exposition à la galerie JM'Arts : Eloges et préjudices - Nathalie Audibert - du 10 septembre au 5 novembre 2005
- Musique : Flamme en noir avec Emilie Benoît - 18 et 19 novembre à 20h30 au musée Dapper Invitation Adhérents

La Réunion
- Spectacle : Kor, Maison du Vent du 7 au 30 octobre 2005 - Dépôt de Rhum de l’ancienne usine sucrière de Pierrefonds, Saint-Pierre.

 

 

 
 

Danser la Ville : danse, arts et mise en lumière de Cayenne

La Médiathèque du Gosier : présentation, informations pratiques, grands rendez-vous

Krakémantò : traditions orales de Guyane

Musée Dapper : l'espace d'art et culture consacré à l'Afrique et ses diasporas


Etc_caraïbe : Ecritures Théâtrales Contemporaines en Caraïbe

Galerie JM'Arts : lieu de création et d'exposition

L'Artchipel : la page spéciale de la scène nationale de Guadeloupe

Yane Mareine : la page spéciale de la comédienne et chanteuse

CMAC : la page spéciale du Centre Martiniquais d'Action Culturelle, scène nationale de Martinique

Interreg III B - Espace Caraïbes : toute l'info sur le programme de financement européen Interreg III B


Cultureurope : la page spéciale des Pôles Régionaux Culture Europe

Archives : archives des pages spéciales consacrées par GDC à ses partenaires et à leurs événements

 
 
© Gens de la Caraïbe - 2005 - Tous droits de reproduction et de diffusion réservés