Login Form

JE SOUTIENS GENS DE LA CARAIBE !

Recevoir nos informations

S'abonner

Lettre d'information culturelle caribéenne « Ici et là-bas » envoyée tous les 3 mois / actualités par domaine ou informations professionnelles pour le secteur de la culture /inscrivez-vous pour recevoir ces infos dans votre courrier électronique.

Adelante !

Le festival de gwoka-jazz invite Michèle Voltaire Marcelin

A l'occasion de la programmation du spectacle de Michèle Voltaire Marcelin durant le festival de gwoka-jazz du mois de septembre, les organisateurs proposent ici un entretien réalisé par Elsie Hass en août 2010.

Lumineuse Michèle Voltaire Marcelin par Elsie Haas*

Michèle, robe blanche, bouche rieuse et regard ardent apparaît comme un désir d' Haïti. Une Haïti où la beauté combinée au talent et à la générosité, remplacerait celle où la laideur et le manque dominent. Michèle, comme  Martha Jean-Claude, Lumane Casimir, Toto Bissainthe, Emeline Michel et celles que j'oublie de citer appartient à cette lignée de femmes qui chantent, dansent et disent Haïti et personnifient le pays en lui prêtant leur image. Michèle Voltaire Marcelin est également auteur de quatre textes publiés aux éditions du Cidihca : La Désenchantée en 2006, suivie de sa traduction en espagnol La Desencantada, d'un recueil de poèmes et prose Amours et  Bagatelles et un recueil de poèmes en anglais : Lost and Found. Et puis, last but not the least Michèle est également artiste peintre.

Vous allez pour la première fois participer au 6ième festival de gwoka-jazz dans la capitale française. Comment avez-vous accueilli cette invitation qui vous donne l'occasion de jouer pour la première fois à Paris ?

J'en ai dansé de plaisir ! Paris est une ville que j'adore et c'est un immense bonheur que d'être invitée à y jouer.

Certains écrivains sont très médiatisés ici : Frankétienne*, Lyonel Trouillot* etc. Est-ce que vous prévoyez quelques découvertes dans votre programme, la poésie de Jacques Roumain, d'Anthony Phelps, Paul Laraque ou de jeunes poètes comme Mario Malivert ? Connaissez-vous James Noël* ? Syto Cavé* ?

Ces poètes haïtiens ont écrit des textes d'amour d'un érotisme troublant. Ils seront sûrement au programme. Il y aura aussi Anthony Phelps que je nomme le « prince des poètes » et qui a chanté Haïti avec beaucoup d'amour. Et puis, je m'offrirai le plaisir de dire des textes de Michèle Voltaire Marcelin afin de les faire connaître au public parisien !

Comédienne, conteuse, écrivain, chanteuse, peintre, le reste du temps, vous le passez à quoi ?

Votre occupation préférée? demandait-on à Marcel Proust. Il répondait : Aimer. À cela, j'ajouterai : vivre.

Est-ce qu'on parle votre récent mariage qui arrive quelques temps après le tremblement de terre comme pour dire
après tant de malheurs que la vie doit continuer ?


« Pour que les oiseaux chantent une journée entière
Que la vie se poursuive au-dessus des cadavres
Malgré tous les mensonges écrits dans les poèmes
Fais-moi cadeau de ta présence
À deux renouvellons le monde  »
Ce poème dédié à l'homme que j'aime a pourtant été publié avant le tremblement de terre dans Amours et Bagatelles. L'amour et la vie triomphent de tous les malheurs du monde. Heureusement.

Quelqu'un m'a dit qu'Haïti était comme du fumier sur lequel poussait les plus belles plantes. C'est une image que je n'aime pas personnellement. Et vous comment expliquez-vous l'éclosion de tant de personnes de talents
dans ce pays ?


Il est vrai qu'Haïti crée des artistes admirables, vivants, originaux. Peut-être parce que cette île qui nous habite autant que
nous l'habitons ne nous offre qu'une existence déchiquetée ? Nous essayons de la restaurer à coup d'espoir et d'art !

Vous avez un rêve pour Haïti ?
Nous avons trop rêvés, yeux ouverts ou fermés. Il est temps de travailler pour que ce pays change : il faut une nouvelle donne pour la jeunesse. Il est intolérable qu'il existe une situation d'apartheid dans ce pays qui fait qu'il existe deux jeunesses: l'une vouée à la réussite et l'autre condamnée à l'échec parce qu'elle n'a pas accès au savoir.

Une parole pour vos futurs spectateurs parisiens ?
J'aime beaucoup quand je rentre dans un magasin parisien et que l'on me demande « Vous trouvez votre bonheur Madame? »  comme s'il était là à portée de main ! Alors moi, je vous offre un bonheur poétique à portée de main cet automne prochain au New Morning!  Et je vous embrasse.

 

En savoir plus :
Le blog de Michèle Voltaire Marcelin

Rendez-vous : 6 ième édition du festival de gwoka initié 2004 au New Morning du 24 au 26 septembre 2010.
Organisation : Reali asso*
 

* ces personnes ou structures sont citées dans le Guide de la Caraïbe culturelle 2010

Share