Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

L'après 12-janvier - derniers articles

Guadeloupe ! La commune des Abricots a besoin de nous 06 mars 2010

Le 12 janvier Haïti  a été frappée par un séisme destructeur.
Lors de la fête de Morne-à-l'Eau le 28 novembre 2009, nous avions présenté un spectacle de danse, de chant et de mode sur le thème Bay koko pou savon épi Ayiti.... A l'époque, nous avions demandé à la population de faire un geste pour acheter une citerne d'eau pour le village du prêtre  haitien qui officie à Mownalo. En effet, celui-ci nous avait fait part du besoin urgent de son village en Haïti d'avoir de l'eau pour les besoins quotidiens. De plus, notre commune, jumelée avec la ville des Abricots, avait invité le maire de cette commune d'Haiti ainsi qu'une délégation de son pays à la fête patronale. Ils avaient assisté au spectacle et nous avaient fait part de leur émotion et transmis des félicitations sur la qualité du spectacle. Nous étions sensés faire la retournelle chez eux....

Le lycée  professionnel de Richeval avait aussi présenté un projet d'aide à la construction d'un lycée, en mettant à disposition les compétences pédagogiques, méthodologiques et techniques des professeurs comme des élèves.

Suite donc au séisme, en relation avec la mairie, le lycée, la troupe de Kamodjaka, nous avons décidé de refaire ce spectacle de deux heures, toujours devant l'église de Morne-à-l'eau le  samedi 06 mars 2010 à 20h.



Ce sera un spectacle en plein air au cours duquel  nous demanderons au public une participation financière et un don de denrées de 1ere nécessité. Les agriculteurs aussi pourront participer à ce mouvement de solidarité en envoyant des produits de consommation mais aussi en fournissant des plans d'arbres fruitiers, de plantes, d'arbustes et.. il s'agit pour nous de faire un travail plus sur du long terme en direction de cette commune d'Haïti.

Nous ciblons donc notre don.
Les artistes qui ont participé à la création de ce spectacle (Marie-Line Dahomay, Lucile Kancel, Ludovic Tinval, Stéphane Nabajoth, Kako Art, Nadia Pater,  Patrick Rilcy, Paul Jasmin et ses mannequins,les danseurs, danseuses et les tanbouyés de Kamodjaka, l'ingénieur du son, Jigantiscommunication(graphiste), le slameur Silencieux participeront gracieusement à cette manifestation.

Nous souhaiterions  aussi porter ce spectacle à la ville Des Abricots pour novembre 2010.
 
Je fais donc appel à vous en tant que force, que soutien, sipotè, sponsor, tant pour le 06 mars du point de vue logistique, participation, mais aussi pour plus tard.

Nous avons besoin de communiquer, d'imprimer,  de mettre en lumière l'espace scénique, d'un gradin mobile pour installer le public, de photographe, d'expo, de vidéastes, d'artistes pouvant faire une intervention... et tout autres propositions permettant de faire de cette soirée, un grand moment de partage à Mownalo.
 
 
Je sais que vous avez déjà été beaucoup sollicité mais souvenez vous pour Hugo, comment les aides sont arrivées pendant un mois et puis plus rien. La vie a repris mais combien de gens sont restés sous du provisoire devenu du définitif. Et puis, on commence de moins en moins à parler d'Haiti et pourtant la saison des pluies arrive plus tôt que prévu. Beaucoup de rescapé n'ont pas de tentes ...

sé pa on sèl sézon bèf la bizwen ké ay pou kwapé  mouch - autrement dit, traduit de manière littérale : ce n'est pas un seul jour qu'un boeuf a besoin de sa queue pour chasser les mouches.

Merci beaucoup de votre attention
sé on lanmen ka lavé lot!

Raymonde Pater Torin

Lonè é rèspé
0690 54 07 38
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Note de Gens de la Caraïbe
La commune des Abricots située à l'extrême Sud-Ouest est une commune isolée, fertile et jusque là tranquille. Avec le séisme des milliers de réfugiés l'ont rejoint, prenant de court la municipalité qui fait de son mieux pour les accueuillir. A lire, l'appel de détresse du maire, Jean-Claude Fignolé

Share