Michèle Pierre-Louis premier ministre d'Haïti depuis le 31 juillet 2008

Michelle Pierre-Louis © espacinsular.orgLa candidature de Michèle Pierre-Louis proposée par le président René Préval pour le poste de premier ministre a été retenu epar le Sénat ce 21 juillet 2008.  Cette dirigeante appréciée pour sa franchise et son intégrité est impliquée depuis des années pour le développement de son pays, elle a  dirigé jusqu'à sa nomination la fondation indépendante du pouvoir haïtien, Fokal, financée par Georges Soros. Fokal s'est attachée à impliquer les personnes ciblées par les programmes de développement qui les concernent. La culture est un secteur qu'elle a beaucoup soutenu et encouragé. Voici un résumé de son parcours envoyée par une de ses collaboratrices.
« Dans un monde de plus en plus dominé par l’argent, et beaucoup trop par l’argent facile, dans un monde où la violence, où toutes les violences s’érigent en mode de fonctionnement, en mode de vie, nous devons pouvoir faire la différence.
Inventer des savoir-vivre qui montrent le respect que nous avons pour la vie, pour les enfants, pour les parents, pour l’environnement. C’est par ce biais que les choses changeront, pas par magie, ou par miracle. Mais par nos efforts, ceux de chacun,
de chacune ». Ainsi s’adressait Michèle Duvivier Pierre-Louis, en 2007, à la promotion « Aurore » du Lycée Pétion qui l’avait choisie comme marraine. Depuis son retour en Haïti en 1976, Michèle Duvivier Pierre-Louis s’est attelée activement au développement de son pays.

Consacrant une attention particulière à l’alphabétisation et à l’éducation des adultes, on la retrouve à l’enseignement du civisme et de la philosophie à des paysans, à la formation en gestion de petits projets aux organisations de base, à la mise en place d’associations de femmes rurales auprès desquelles elle anime une formation destinée aux accoucheuses traditionnelles du Nord-Ouest, dans le développement culturel, dans des projets de lecture publique pour les jeunes, prononçant des conférences à travers le pays à Limbé comme à Petite Rivière de Nippes, créant des bibliothèques, faisant de l’éducation son cheval de bataille.

En 1986, elle est « Formateur National » à la Campagne d’Alphabétisation de Misyon Alfa (Mission Alpha). En 1991, le Président Jean-Bertrand Aristide lui confie les tâches de redéfinition des missions de l’Etat, de coordination entre la présidence et les Ministres, de prise en compte des demandes des organisations paysannes pour la réforme agraire.

Sa connaissance du pays est riche de son expérience aussi bien dans le secteur public où elle a été Directrice Adjointe de l’Aéroport (1979 - 1982), que dans le secteur privé où elle a été Directrice de Crédit à la Bank of Nova Scotia (1976 - 1979), ou encore Chargée de l’Administration et des Ressources Humaines à la Société Financière Haïtienne de Développement (SOFHIDES - 1983 - 1984).


Directrice depuis 1995 de la Fondasyon Konesans ak Libète (Fondation Connaissance et Liberté - FOKAL) qui défend la position fondamentale que le changement véritable ne peut s’opérer que si ceux qu’il concerne en deviennent les premiers acteurs, elle intervient dans les domaines de l’éducation, de la culture, du développement communautaire, de l’environnement, de l’équité de
genre, de la société civile, de la formation de jeunes entrepreneurs. Elle sillonne le pays à pied, à cheval, dans la boue, sous la pluie, là où aucun véhicule ne peut accéder, vivant dans une réelle proximité avec les gens, travaillant elle-même directement à la réussite des projets subventionnés par la FOKAL avec les communautés de Grand Bois Cornillon, Savanette, Diny, Value, Fonds Baptiste ; ou encore à Ti-Bois, Dos Malfini, Ivoire…

Tout en apprenant à comprendre et à connaitre la complexité du réel de son pays, de son histoire, de sa culture, elle agit, convaincue que les richesses et les contradictions de la pratique enseignent plus que la théorie qu’elle ne veut élaborer qu’à partir de
son vécu, veillant à incarner au quotidien ses idéaux
de combat.
Tout au long de ces trente dernières années, les
questions d’identité, de liberté, de mémoire, de
patrimoine, de construction de la démocratie,
d’inclusion, de responsabilité citoyenne, du rapport
à l’autre, du service public, du bien commun
reviennent de manière constante dans ses
conférences, les articles qu’elle publie, ses discours,
les actions qu’elle met en oeuvre, ses interviews.
Michèle Duvivier Pierre-Louis poursuit une quête
quasi-obsessionnelle : celle de l’émancipation et de
la justice pour tous. « Nous ne pouvons continuer à
vivre dans un pays où la majorité est exclue des
droits et des responsabilités de la citoyenneté. Le siècle prochain devra être pour Haïti le siècle de
la citoyenneté. Nous devons faire de ce pays un lieu vivable pour tous, un pays que nous voulons
construire et non détruire… Il y a ce quelque chose chez les Haïtiens, ce sens de la liberté, cette
manière d’être à l’aise avec soi, même dans la misère. Quand je regarde les visages des
personnes les plus démunies, je touche la liberté et la grâce. Ici je peux communiquer avec tout le
monde, ici nous pouvons rire ensemble. Je ressens une véritable passion pour ce pays, si forte
qu’elle fait parfois mal »1.
1 Extrait de “Beyond the Mountains, the unfinished business of Haiti”, par Ary Korpivaara, édité par Open Society Institute, 2004.

Michèle Duvivier Pierre-Louis
née le 5 octobre 1947, à Jérémie, Haïti
1976 : Master en Sciences Economique- Cum Laude.
Queens College of the City University of New York.
***
Directrice Exécutive de la Fondation Connaissance &
Liberté – FOKAL.
Professeur à l'Université Quisqueya, chargée du cours « Cultures et Sociétés de la Caraïbe ». Département des
Sciences de l'Education.
***
Prix Yoko Tada Foundation for Human Rights, Japan,
Décembre 1993.
Docteur Honoris Causa in Humanities, Saint Michael's College, Vermont, 2004
Trésor National Vivant, Décembre 2006.
Trail Blazer Award, Septembre 2007.


Publications
• Plaidoyer pour l'autosuffisance alimentaire. Le Nouvelliste, 31 mai 1986.
• La Quête de l'Ailleurs. Chemins Critiques, Vol 1, #3, Décembre 1989.
• Alphabétisation et communautés de base. Actes du Colloque Pour une vision commune du développement des régions d'Haïti, Avril 22, 23, 1988, Montréal, AQOCI.
• Le Refus de l'oubli. Chemins Critiques, Vol 1 #4, July 1990.
• Regards sur l'entreprise. Chemins Critiques, Vol 2 #2, Septembre 1991
• Le mouvement associatif en Haïti 1986-1992. Rapport Colloque de Curacao - Comité Inter-ONG, March 26-29, 1992.
• Aspirations à la démocratie et actions des ONG et groupes de base. Actes du Colloque AQOCI, Avril 24-26, 1992, Montréal.
• Quelques réflexions sur l'éducation populaire. La République Haïtienne, Etat des lieux et perspectives, sous la direction de Gérard Barthélémy et Christian Girault, ADEC-Karthala, 1993.
• Jérémie, nouvelle, revue Butterfly, Juillet 2001.
Premier Prix au concours de nouvelles de la Women Writers of Haitian Descent .

Articles publiés dans Conjonction, Boutures et autres...
Soucieuse de prouver que le changement est possible en Haïti, Michèle Duvivier Pierre-Louis
estime que la plus grave crise que traverse le pays est celle de la paysannerie. « Le paysan haïtien est épuisé, il n’arrive plus à se reconstituer, il faut investir massivement dans la paysannerie et avec elle comme partenaire, investir dans l’eau, dans la terre, dans la production »2. C’est en 1986 qu’elle publie dans le journal Le Nouvelliste un « Plaidoyer pour l’autosuffisance alimentaire ». Elle souhaite oeuvrer à faire surgir dans les consciences qu’une solidarité est fondamentale pour faire aboutir le nécessaire projet de changement profond auquel aspire la société haïtienne, particulièrement ses fractions historiquement marginalisées.

Campée toute sa vie, et ce dès l’âge de 16 ans, dans une position « existentielle » de l’engagement, Michèle Duvivier Pierre-Louis
considère sa désignation par le Président René Préval pour être Premier Ministre d’Haïti comme un nouveau moment, une nouvelle forme de son inscription de toujours au service de la construction de son pays. “C’est ici que je dois vivre et nulle part ailleurs. Ce qui me porte, c’est notre capacité de prendre la vie à bras le corps, d’être créatifs et même créateurs,

Je dois continuer à travailler avec les jeunes, à espérer qu’ils comprendront l’importance de certaines choses. Il faut travailler les poches d’espérance et je souhaite qu’avec ou sans moi, quelque chose se déclenche. Je ne peux pas ne pas continuer d’espérer, parce que je crois en l’être humain, en sa perfectibilité, je ne peux pas et je ne veux pas désespérer. C’est une position éthique, personnelle ». Extrait d’une interview accordée à la réalisatrice Michèle Lemoine en 2005.


Quelques conférences en Haïti et à l’étranger

• Congrès National des Paysans de Papaye, Papaye, Hinche, Mars 1987 : Le rôle des organisations paysannes dans
l'émergence de la démocratie en Haïti.
• Congrès National des Femmes paysannes du MPP, Papaye,
Hinche, Mars 1989 : Le rôle de la femme dans l'économie
haïtienne.
• Centre d'Etudes Canadiennes Internationales (CECI), 1990 :
Les organisations de femmes et leur impact dans le monde rural.
• Conférence internationale sur Haïti organisée par la Coopération française, Paris, Mars 1991 : Démocratie et Education.
• Conférence du Fonds Canadien pour l'Amérique Latine, Ottawa, Canada, Octobre 1996 : Le développement rural en
Haïti.
• Congrès International de la Francophonie, AUPELF-UREF, novembre 1996 : La promotion de la lecture et les bibliothèques communautaires.
• University of Illinois at Urbana-Champaign, Distinguished Guest Lecturer at the Mortenson Center November 1997. Title of conference: "Haiti, Reading the Minds of Democracy" (Published by the University Press)
• Chalon, Miragoâne, Mai 2000, Kilti ak Developman
• Harvard University, Latin American Studies Department, Forum on Haiti, Guest speaker, February 2001 : Education,
Democracy and Development.
• Ti Boukan, Tèt Kole Ti Peyizan Ayisyen, Mai 2002, Devlopman ak Globalizasyon
• Bibliothèque Justin Lhérisson, Juin 2003, Aimé Césaire et le Jazz
• Saint Michael's College, Vermont, April 2002, Title of Conference : Beyond Mountains more mountains -The Haitian peasants in search of the promised land.
• Bibliothèque publique d'information (Bpi), Centre George Pompidou, Paris, Décembre 2004 : D'encre et d'exil.
Share