Saison 2007/2008

Il s’agit d’une manifestation particulièrement attendue, parce qu’elle correspond au dialogue des cultures caribéennes et aux liens étroits qui existent entre deux peuples et deux nations qui partagent une même île, qui pour vivre mieux ont besoin l’une de l’autre, qui ont des points artistiques et culturels communs au delà de différences incontestables.

D’autre part, l’histoire nous confirme que, pendant des siècles, dans ces deux pays, la femme a été exclue d’une participation active et égalitaire. C’est à l’époque moderne qu’elle cesse de se perdre dans l’anonymat collectif, mais, malgré ces changements, elle reste encore victime de discriminations, d’abus, sinon de violences.

Célébrer la Journée Internationale de la Femme signifie une date et un temps de réflexion, et l’exposition «Les faiseuses» prétend y contribuer avec dessins, peintures et installations. Le titre se réfère`à la condition de la femme, à sa diligence, à sa capacité d’action, mais aussi à son engagement forcé aux tâches domestiques, ce qu’exprime le mot qui y correspond en espagnol « hacendosas ». Avec finesse et un soupçon d’ironie, Barbara Prézeau et Inés Tolentino, jeunes femmes d’aujourd’hui, s’emploient aux travaux d’aiguille pour exécuter leurs oeuvres, à côté de techniques et matériaux propres aux arts plastiques.

Barbara Prézeau, née à Port-au-Prince, a reçu une formation professionnelle nationale en arts plastiques, puis a suivi la carrière universitaire au Canada et en France, Dès ses débuts, elle s’est investie dans l’étude des rites vaudou, les objets de culte et leur appropriation dans l’expression personnelle. Sa recherche, qui a intégré avec bonheur cette « identité spirituelle dans l’art contemporain » s’exerce dans le domaine de la peinture, de la sculpture et de l’installation. Elle n’a cessé de s’impliquer aussi dans le contexte social de son pays, à la fois dans des textes critiques comme dans l’esthétique de sa création plastique. La femme, mythique et réelle, est naturellement au coeur des oeuvres, en deux et trois dimensions, qu’elle présente, avec le même souci d’intensité, de synthèse et d’équilibre, que nous lui connaissons.

Inés Tolentino, née à Santo Domingo, après des études d’art dans sa ville natale, a reçu une formation supérieure en Sciences de l’art à l’Université de Paris. Ses premières expositions ont montré son engagement qui privilégie la fusion de l’histoire et de l’actualité, ainsi que déjà la situation de la femme. Elle a fait se rencontrer dans son répertoire iconographique, les cultures locales, caribéennes et européennes, anciennes et modernes. Plus récemment, elle y a affirmé ses préoccupations pour les agressions aux ressources naturelles ainsi qu’à la paix et au destin bouleversé de l’humanité. Ses dessins et ses peintures foisonnent de signes qui demandent une lecture attentive, son langage figuratif et ses techniques d’exécution mêlent sans discordance le réalisme et l’expressionnisme, le dessin d’enfant et la perfection formelle, le jeu, la liberté et la rigueur, où jamais ne manque le message. Nous les retrouvons ici.

Marianne de Tolentino

En 2007, "Les faiseuses" présentaient   Joyce Daniel de la Barbade et Jacqueline Fabien de la Martinique

Galerie JM’Arts - Art contemporain de la Caraïbe & des Amériques
tél. 01 44 54 02 02
fax. 01 44 54 04 61
36, rue Quincampoix
75004 PARIS (Près du Centre Georges Pompidou)

Métro : les Halles/Rambuteau/Hôtel de Ville/Châtelet.
Ouvert du mardi au samedi, de 14h00 à 19h00 & sur RDV.

Vernissage en présence des plasticiennes : Barbara Prézeau & Inès Tolentino
samedi 8 mars 2008 - 18h30 à 21h30
Avec la participation de Mme Marianne de Tolentino, Membre du Conseil d’Administration de l’AICA

.....................................................
Contact presse : Johanna Auguiac-Célénice
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tél. 01 44 54 02 02/GSM 06 96 31 67 19
Share