Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

Firmine Richard - Parcours de caribéenne en mouvement

Firmine Richard sur le balcon qu'elle partage avec sa voisine parisienne © karole gizolmeFirmine Richard compte près de quarante ans de vie en France. De vie heureuse. Même si la Guadeloupe reste son pays cher, la France est celui où elle s’est épanouie et a trouvé ses marques professionnelles. La comédienne, connue pour sa franchise, est entrée en 2007 en politique, pour que les noirs "occupent la place auquels ils ont droit". Firmine Richard occupe la 8° ième position sur le 19° arrondissement de Paris pour les municipales de 2008. Elle pourrait donc devenir conseillère municipale. Retour avec elle en image, son et texte sur un parcours qui l’a définitivement ancrée à Paris.

Arrivée jeune femme à Paris en 1966, Firmine entre aisément aux Postes, Télégraphes et Télécommunications (ex Poste), puis la RATP, se forme en comptabilité et retourne en Guadeloupe quelques dix années plus tard où elle souhaite se bâtir dans « son » pays, insiste-t-elle. Son départ est la conséquence d’une profonde déprime dont elle souffrait, souffrance qui résultait d’une intense frustration ressentie à la suite d’un incident sur son lieu de travail.  Un jour, au moment où elle s’y attend le moins, une collègue qu'elle croit bien connaître lui sort brutalement : « Ah ces noirs, il faudrait les brûler ! » Firmine n’en revient pas. Stupéfaite, elle ne trouve pas les bons mots pour réagir et plutôt que de « fracasser » la jeune femme, Firmine s’enfonce dans un long mutisme. Elle évite la foule, se sent en danger partout et se cloître chez elle avec un plateau repas devant la télé et un verre de whisky. « J’aurais pu devenir alcoolique à ce moment là », se souvient elle, à cette époque où le racisme était « subtil, latent, et même un mot tabou ». En 1979, elle se souvient d’un Paris « sale avec ses bâtiments gris », les skin heads l’effrayaient, elle devenait paranoïaque. Elle consulte alors le fameux docteur Girard, ce guadeloupéen profondément humain et militant de tout temps pour la conscientisation de ses compatriotes. Diagnostiquant une sérieuse déprime, ils décident ensemble de son retour vers la Guadeloupe. Elle se remet sur pied rapidement. Cependant, professionnellement, elle « galère », a le sentiment de faire marche arrière, le clientélisme « l’écoeure ». Firmine ne s’entend pas avec son mari. Crispée sur l’idée de devoir s’épanouir dans « son » pays, une bonne amie, en lui rappelant que même Jésus Christ a été chassé de chez lui, la convainc que « son » pays ne peut être que celui où elle s’épanouie sur tous les plans, professionnels et personnels.



Firmine Richard - Quel est "mon" pays, au juste ?
entretien filmé - décembre 2007

Firmine repart donc à Paris. Par hasard, elle croise la directrice de casting de Coline Serreau en 1988 qui voit tout de suite en elle l’actrice cherchée pour la fiction « Romuald et Juliette ». Firmine met donc le pied dans un milieu qui lui était complètement étranger et qui la convaincra de faire de la comédie son métier. La jeune comédienne se perfectionne et persévère enchaînant des contrats sans grande difficulté même si les « rôles pour noire restent exceptionnels ». Ce qu’elle regrette d'ailleurs.



Firmine Richard - Noire avant d'être comédienne
entretien filmé - décembre 2007


Firmine joue avec aisance au théâtre ou au cinéma le personnage qu’elle est dans la vie. Une femme de caractère, sincère et capable de s’emporter à la moindre injustice. C’est ainsi que lors du meeting de Bertrand Delanoë en 2001 au Cirque d’hiver, elle reste médusée par le « manque de respect » de ce dernier. Après avoir lu son texte devant une salle comble, dans laquelle les grands dirigeants des partis socialistes des DOM se trouvaient, le futur maire de Paris avait prévu de s’en aller sans même se prêter au jeu des questions réponses. Dans un élan de colère, Firmine le retient et lui dit sa façon de penser. Pourquoi convoquer ici un comité de soutien alors qu’aucun noir n’est sur une liste à une place éligible ? Bertrand Delanoë reverra sa copie, tout en restant en bon terme avec celle qui l’a quelque peu malmené.
Firmine est ainsi. Impulsive mais suffisamment raisonnable pour toujours rester correcte.  Elle s’insurge contre ce qui la dérange. Ainsi, elle dénonce les « groupies du PS », son parti politique traditionnel, qui n’ont jamais exigé le respect des noirs dans une société où les préjugés à leur encontre pervertissent trop souvent les relations. Firmine Richard, la guadeloupéo-parisienne milite pour la franchise, contre la discrimination dans une société où pour elle le mot à la mode « diversité » sert à mettre dans la même catégorie tous ceux « qui ne sont pas blancs ».



Actualité de Firmine Richard :
En 2008 jouera dans le premier long métrage de Lucien Jean-Baptiste.
Au Festival Fulgurance dans le 18°, lira un texte de Gerty Dambury, 16 février, Théâtre de la Reine blanche.

Liens ressources liés à l'article
:
Délégation interministérielle pour l'égalité des chances des français d'Outre-Mer (DIMECFOM)
www.halde.fr, organisme de lutte contre les discriminations, ouvert au public.
Portrait de Firmine Richard sur RFO
Discrimination : les solutions qui marchent , article primé au Journalist Award 2007 de Adeline Trégouët et Marie-Madeleine Péretié

CAPDIV Cercle d’Action pour la Promotion de la Diversité en France
Association régie par la loi 1901 qui traite de la diversité en général ainsi que de l’amélioration de la place et de la situation des Noirs en France.

Share