Les projets de conquête en direction du Maghreb sous la Révolution et l’Empire

rachidatlilliRachida Tlili Université Tunis-La Manouba Au lendemain du traité de Paris (1763) et du côté français, la Méditerranée était redécouverte comme un champ possible d’initiatives et d’expansion. Ce dernier consacre la victoire navale britannique sur les mers océanes et la perte par la France de Choiseul du Canada, ce qui constitue un tournant décisif dans les relations internationales et de l’enjeu méditerranéen. : bien que le champ principal des rivalités franco-britanniques soit encore l’Atlantique On voit se dessiner alors " un front secondaire méditerranéen " qui aboutit dans un premier temps à la conquête par la France des îles méditerranéennes, de l’Egypte ensuite. Mais bientôt, la perte de Malte, celle de l’Egypte entraînent l’élimination de la France de la Méditerranée orientale. Tous ses efforts la portent désormais à maintenir son influence en Méditerranée occidentale. C’est ainsi que se pose au moins à partir de 1802 la possible conquête des Etats du Maghreb et ce dernier occupe désormais une place croissante dans le lent processus de reconversion de la politique internationale de la France. Les projets de conquêtes se multiplièrent en direction du Maghreb et l’évacuation de l’Egypte par la France n’a fait que renforcer le Premier Consul dans ses projets coloniaux dans cette direction Si l’on peut constater une continuité évidente dans l’impulsion donnée à la politique méditerranéenne de la France, il y a lieu d’observer une rupture assez marquée dans la diplomatie des dernières années de la Monarchie qui visait le maintien de l’Empire Ottoman comme pièce maîtrise pour assurer l ‘équilibre européen, et celle de la France au temps de la Révolution et de l’Empire qui adopte désormais une politique aux perspectives de conquêtes compensatrices en direction de la Méditerranée qui ne pourrait forcément passer que par un démembrement de l’Empire Ottoman… Contre l’idéologie révolutionnaire qui mettait en avant la noble ambition de la libération et de la régénération des peuples, les projets de conquêtes en direction de la Méditerranée s’imprègnent de connotation coloniale de plus en plus marquée. Rachida Tlili Université Tunis-La Manouba
Share