L'au-revoir de Gary Victor à Gérard Barthélémy

Eglise de Saintines © bethisy.free.frLes amis d'Haïti de Gérard sont venus soutenir la famille et assister au passage de Gérard dans un autre monde. Gary Victor, le romancier était alors en Haïti. Anne Lescot a lu son message permettant ainsi à Gary d'être présent d'une certaine façon lors de cette cérémonie émouvante alternant texte et chants. "Mon cher Gérard

Je t’écris de la même manière dont j’ai l’habitude de t’écrire. Je ne vais pas changer de ton parce que tu es passé avant moi, avant nous, de l’autre coté des choses, du côté de la vérité et de la lumière peut-être. Du lieu que je viens, de ce lieu que tu as tant aimé, que tu as tant cherché à comprendre et à m’aider à comprendre, nous avons appris que la vie n’est qu’un songe et qu’on se réveille sur le sentier quand le corps libère l’esprit de ses turpitudes terrestres. Je profite de ce moment bien spécial, où je salue ton départ, pour te dire combien tu as été pour moi, à un moment où j’étais menacé par la folie du chaos, une voix dans le brouillard, une étincelle qui a enflammé ma réflexion, bref presque un père qui m’a appris à persévérer sur ce dur chemin de la quête de la vérité sans craindre les censeurs et les papes de la pensée unique, sans me laisser détourner de ma quête par ceux qui trafiquent l’histoire pour tenter vainement de justifier la négation de l’humain.

Tu as voulu durant toute ta vie et cela a été le sens profond de ton travail, empêcher que ne disparaisse la mémoire des sans voix, des sans histoires,  de toute cette multitudes d’hommes et de femmes qui, contre la tyrannie, contre les manipulations de toutes sortes, ont tenté de résister en inventant toutes sortes de stratégies, certaines bonnes, certaines mauvaises, certaines dépassées, certaines toujours efficaces. Ton travail n’a pas été vain, car malgré toutes les tentatives pour jeter le discrédit sur ton approche novatrice du fait haïtien, tu restes pour beaucoup le seul peut-être à avoir ouvert une voie pour comprendre la société haïtienne dans toute sa complexité.  Je penserai toujours à toi et j’ai encore en mémoire notre dernière discussion autour de Lamour Dérances, ce résistant assassiné  par  ceux qui allaient nous construire ce pays que nous connaissons aujourd’hui, Haïti. Ta connaissance du fait révolutionnaire haïtien, ta liberté d’esprit, ton désir d’œuvrer pour la reprise en main de cette nation par les vrais forgeurs de liberté, font de toi certainement le passage obligé pour toute approche sérieuse de la réalité haïtienne.

Alors poursuis en paix ton voyage.  Ta pensée a ensemencé la terre. Déjà le tambour s’apprête à te donner le salut. Tu es ici, inoubliable."

Gary VICTOR
  

Share