Serge Alidor et ses invités caribéens

Serge AlidorSamedi 27 avril 2007, les murs du Bik Kréyol ont tremblé. Serge Alidor et son groupe ont enchanté le public qui est reparti avec un sourire radieux et de la musique plein la tête.
Le concert a commencé avec Raoul Sanchez Bérrios et Edgar Salaman, percussionnistes de Porto Rico, très impliqués dans la recherche et la transmission, qui ont fait découvrir les sonorités d'instruments ethniques au travers des rythmes de leur île1. Raoul a d'ailleurs fait des recherches très poussées à partir des rythmes d'Afrique pour retrouver l'origine de certaines sonorités de la Caraïbe.

Puis les premiers sons de la guitare de Serge Alidor ont envahi l'espace, les musiciens ont alors entamé « 618 », un des morceaux de Serge sur l'album de Pierre-Edouard Décimus « Marakudja ». La magie a opéré tout de suite entraînant le public dans l'univers musical de ce guitariste émérite. De « Samba Pati » revisité à « Sweet Florence », la salle a été embarquée dans un véritable voyage musical, au delà des frontières de la Guadeloupe. Nous avons même fait un petit tour au Moyen-Orient avec « Raïbah ». Le show était total et le Bik Kréyol a vécu un genre nouveau, avec son et lumière, qui complétait le monde féerique où la guitare saturée nous emportait. Le répertoire choisi pour l'occasion a permis d'exposer la musique multifacettes de cet artiste discret et généreux. Les musiciens portoricains ont assuré une section rythmique avec Eric Danquin à la batterie, Gustave Labéca aux percussions et Fabrice Archelon à la basse. Les claviers assurés par Didier Bride ont répondu aux envolées des solos de Serge Alidor que le public accompagnait en respirant à peine.
Les musiciens ont donné le meilleur d'eux-mêmes au public interpellé par ce nouveau courant musical que Serge Aligor appelle « Guitare Rock Caraïbe », « Groove Rock Caraïbe » (G-Rocka). Serge Alidor et les percussionnistes portoricains partagent la même démarche de recherche et de laboratoire et ils commencent déjà à réfléchir au prochain projet sur lequel ils collaboreront. De cette rencontre naîtra certainement une nouvelle aventure car chacun de son côté, poursuit depuis longtemps, une réflexion musicale basée sur le lien évident entre l'Afrique, l'Occident et la Caraïbe.
Cette soirée exceptionnelle restera sans aucun doute dans la mémoire des gens qui auront eu la chance et le privilège d'entendre cet artiste trop peu connu. Le concert de Serge Alidor, l'ange aux doigts d'or, restera gravé dans l'histoire du Bik Kréyol qui, ce soir là, a dû refuser du monde.

Jenny Pétrini


1.
Voir le dossier complet sur la bomba et la plena, rythmes de Porto-Rico sur le site de la Médiathèque Caraïbe Bettino Lara de Basse-Terre (www.lameca.org). En français et en espagnol.


Le Bik Kréyol est un bar aménagé qui a pris ses quartiers dans un ancien hangar à bananes. Il s'est doté d'une scène musicale. Le décor et autres tables pour le public se sont inventés à partir de matériaux récupérés qui donnent tout son charme à ce lieu. Les gérants du lieu animent le Bik depuis près de quatre ans avec enthousiasme et ingéniosité pour braver toutes les difficultés liées au montage d'évènements culturels de qualité en Guadeloupe.
Bik Kréyol - Zone industrielle de Beausoleil - Baie Mahault, Guadeloupe - Responsable : Olivier Tharsis

Share