2007 : archives manif.

Mémoire Partagée - mai 2007 - Musée Dapper

Mémoire partagéeDepuis 2006, le 10 mai est la journée officielle de Commémoration nationale des « Mémoires de la traite négrière, de l'esclavage et de leurs abolitions ». Conformément à son objectif - promouvoir les cultures de l'Afrique, des Caraïbes et de leurs diasporas - le musée Dapper a souhaité apporter sa contribution à cet événement marquant. L'an dernier, différentes manifestations ont célébré cette journée, notamment les rencontres cinématographiques, «Regards sur l'esclavage», qui, conçues et organisées par RFI, suscitèrent un vif intérêt.

Pour les adhérents de Gens de la Caraïbe, tarif réduit sur l'ensemble de la manifestation  sur présentation de leur carte d'adhérent : 3€ pour le Festival Regard sur l'Esclavage du 9 au 13 mai, 8€ pour le concert de Bwakoré.

Mémoire partagée 2007

En organisant chaque année Mémoire partagée, le musée Dapper se veut le lieu des rencontres et des dialogues autour d'une histoire commune. Cet événement répond, en effet, à une volonté de mettre en lumière des réflexions pluridisciplinaires portant sur l'esclavage. Les causes, les systèmes mis en place, de même que les implications et conséquences dramatiques sont évoqués à travers des regards croisés.
Mais on ne doit pas oublier que les atrocités de cette histoire ont été transcendées par ceux-là même qui en étaient les victimes ou les héritiers : sur les terres d'un exil forcé, ils se sont construit
de nouvelles identités et ont permis l'émergence de cultures plurielles.
Pour faire découvrir, ou redécouvrir, à un public curieux, de plus en plus nombreux, l'histoire et les cultures des sociétés créoles, le contenu de Mémoire partagée a été enrichi pour sa deuxième édition.
Organisés par le musée Dapper, des débats favoriseront les échanges au cours desquels des historiens, des sociologues confronteront leurs points de vue, notamment sur la nécessité de forger et de transmettre des mémoires.

PROGRAMME

Rencontre avec Gisèle Pineau -  Mercredi 2 mai, à 18 h 30
L’écrivaine évoquera les femmes qui l’ont profondément marquée.
Des extraits de son dernier livre Mes quatre femmes seront lus par la comédienne d’origine guadeloupéenne Marie-Noëlle Eusèbe.

Médiatrice : Osange Silou-Kieffer

Table ronde : Quel est notre besoin de mémoire ? - Jeudi 3 mai, à 18 h 30
Pendant des siècles, les peuples d'Afrique ont été victimes de la plus grande déportation de l'histoire de l'humanité, la traite négrière. Certes, on peut mettre en évidence les permanences culturelles d'une rive de l'Atlantique à l'autre, d'une île à l'autre, avec notamment les cultes et les religions, les langues, les danses et les musiques. Mais le trafic et l'esclavage ont mis en place des processus d'aliénation dont les séquelles sont bien présentes, aujourd'hui encore, chez des hommes et des femmes de la Caraïbe.
«Comment vivre, pour certains, avec ce sentiment de honte, voire d'infériorité ?».
Question taboue pour les uns, mais sûrement pas pour les autres, dont les écrivains, les philosophes, les penseurs et les ethnopsychiatres, de plus en plus nombreux à se pencher sur
ce problème. Il est temps, en effet, de reprendre confiance, d'aller voir, de plus près et au plus profond de soi, ce qu'il en est.
«Comment s'approprier cette histoire douloureuse ?».
«Quelle mémoire partager et avec qui ?».

Médiatrice : Osange Silou-Kieffer
Participants : Octave Cestor : président de l’association Mémoire de l’Outre-Mer,  Ali Moussa Iye : chef de la section Histoire et Culture, UNESCO, responsable de la « Route de l'esclavage et des abolitions de l'esclavage »,  Philippe Pichot : coordinateur du projet « Routes des abolitions », Joby Valente : présidente de l’association Mouvement pour une Nouvelle Humanité et vice-présidente du COFFAD (Collectif des Filles et Fils d’Africains Déportés).

Regards sur l'esclavage - Saison 2 - Du 9 au 13 mai 2007
Direction artistique et débats : Catherine Ruelle, RFI

Cette année, alors qu’est célébré le 200e anniversaire de l'abolition de l'esclavage par les Britanniques et que la journée du 10 mai sera marquée plus fortement encore sur le plan national, la deuxième édition de « Regards sur l'esclavage » sera consacrée à l'émergence des sociétés issues de la traite négrière, dans le Nouveau Monde, ainsi qu'aux conditions de vie et aux révoltes des esclaves.
Des thèmes et des regards croisés comme autant de témoignages, autant de pièces pour reconstituer le puzzle d'une mémoire encore fragmentaire.

Les dates, horaires et rencontres :

Mercredi 9 mai 2007 : soirée d’ouverture
La naissance de la société esclavagiste aux Antilles
18h00 et 20h30 :  Avant-première de Tropiques Amers - Premiers épisodes, 95 et 104  minutes, fiction, France, 2006.
Un film de Jean-Claude Flamand Barny, cinéaste guadeloupéen qui a réalisé pour France 3 la première série télévisée française sur cette période douloureuse. Une saga sur 25 ans. L’histoire d’une famille de planteurs et d’une famille d’esclaves au 19ème Siècle en Martinique.

Rencontre avec Tony Coco-Villoin, Elikia M’Bokolo, Marcel Dorigny, Jean-Claude Flamand Barny, Thiam Aïssatou, Fatou N’Diaye…

• Jeudi 10 mai 2007 : Après la traite, les conditions psychologiques de la survie
18h00 : Le cri des neg mawon, documentaire, 20min, Guadeloupe, 1992.
Un court métrage de Tony Coco-Villoin qui évoque le chemin symbolique du retour à la terre d'Afrique originelle pour les enfants guadeloupéens des esclaves déportés de Gorée...
18h30 : Conférence avec le Dr Harold Weaver
20h30 : Night John, fiction, 86 min, Etats-Unis, 1996. Un film de Charles Burnett, cinéaste africain-américain.
Dans une plantation du Sud des Etats-Unis, quelques années après la déclaration d’indépendance (1776), la vie d’une jeune esclave change à jamais lorsque un autre esclave, un adulte, Night John, lui apprend secrètement à lire et à écrire.

Rencontre avec Charles Burnett, Romuald Fonkua, Elisabeth Cunin, Billy Woodberry.

• Vendredi 11 mai : La fiction et la sublimation
20h00 : Le cri des neg mawon
20h30 : Testament (sélectionné à la Semaine de la Critique - festival de Cannes, 1988), fiction 80 min, 1988, Grande-Bretagne. Un film de John Akomfrah, cinéaste britannique d'origine ghanéenne.
Le portrait lyrique d’une jeune présentatrice de télévision anglaise d’origine ghanéenne qui retourne dans son pays natal en 1988, après vingt-deux ans d’exil. A l’époque, la journaliste était ministre et a fui le Ghana après le coup d’Etat contre le dirigeant indépendantiste, Kwame Nkrumah. Elle revient, caméra à l’épaule, pour filmer ceux qui, comme elle, font un retour aux sources. Retour en arrière, jusqu’à la période de l’esclavage, incursion vers l’avenir. Un film sur la mémoire et la manière dont elle affecte les vies.

Rencontre avec John Akomfrah, Billy Woodberry, Alain Foix.

• Samedi 12 mai :
14h00 : Tropiques amers

Rencontre avec Jean-Claude Flamand Barny, Billy Woodberry, Thiam Aïssatou,  Fatou N'Diaye …

Dimanche 13 mai : clôture du festival
16h00 : Nat Turner : A troublesome property, de Charles Burnett, fiction, 58 min Etats-Unis, 2003.
Ce film présente la vie de Nat Turner pendant les années 1830-1831, lors de sa violente rébellion. C’est la première véritable révolte importante dans l’histoire de l’esclavage américain. On découvre ici par les témoignages, la fiction, comment Nat Turner est devenu un héros de la communauté noire.

Rencontre avec le cinéaste afro-américain Billy Woodberry, compagnon de route de Charles Burnett.

18h00 : Toussaint Louverture, spectacle vivant filmé, 58 min, France, 1989. Un film du cinéaste français Claude Moreau.
Ce long-métrage s'inspire d'un spectacle son et lumière monté en 1989, à Dakar, sur le site de l'île de Gorée, avec la plupart des grands acteurs du monde noir francophone.

Rencontre avec Claude Moreau, Gérard Essomba.


Concert : Bwakoré - Samedi 12 mai, à 21 h au musée Dapper
Jazz band martiniquais, Bwakoré propose des compositions originales ancrées dans le patrimoine musical caribéen – biguine, bèlè – et associées à la mazurka. Il revisite à sa manière les standards d’Eugène Mona ou de Pierre Louiss. Jouant d’audace, il n’hésite pas à mêler des musiques traditionnelles
à des univers sonores contemporains. Habilement, il flirte avec le jazz. Pour notre plus grand plaisir. Rythmes, mélodies, chants en créole, improvisations luxuriantes et duos de saxophones saisissent le spectateur qui assiste là à un moment exaltant, débordant de vie. Un mélange époustouflant, plein de sensualité et d’énergie.

Musiciens : Claude Césaire (piano, choeurs), Alwin Lowenski (sax ténor, sax soprano, choeurs), José Marie-Rose (basse, choeurs), Max Télèphe (sax alto, sax soprano, flûte traversière, flûte bambou, chant lead) et José Zébina (batterie, choeurs).

Et aussi à Sarcelles le mercredi 16 mai, à 20 h 30, salle André Malraux.


Voir le programme détaillé en téléchargeant le dossier de presse de la manifestation.

Informations pratiques :
Renseignements et réservation au 01 45 00 91 75
Informations sur le programme : www.dapper.com.fr
Débats
Entrée libre
Cinéma : festival «Regards sur l'esclavage»
Tarifs : 5 € ; Les Amis du musée Dapper : 3 €
Merci de retirer vos places 20 minutes avant la séance
Concert
Tarifs : 12 € ; étudiants, demandeurs d'emploi, intermittents : 10 €
Les Amis du musée Dapper : 8 €

Share