On a vu : David Walters, artiste afro-électro, pop, hip-hop.

David WaltersDavid Walters est un ovni. Homme orchestre, il est entouré sur scène d'une batterie d'instruments acoustiques et électroniques dont il est le créateur : sa percussion favorite, assemblage de tiges en métal et d'une bassine en ferraille qu'il nomme un « didebeliouphone », de guitares, de basses, de kazoos et de pédales d'effets variées.

Il a joué le vendredi 1er décembre à Nanterre dans le cadre du festival Chorus des Hauts de Seine et nous avons assisté à une performance artistique totale. David Walters fabrique les sons sous nos yeux et les fait jaillir à nos oreilles, il nous plonge dans un univers plein de beats électroniques, de bruits et de sonorités non identifiables, le tout savoureusement rythmé par une langue créole recréée.
David Walters est petit-fils de caribéens et vit depuis cinq ans dans la capitale méditerranéenne, Marseille. Il est originaire de St-Kitts-et-Nevis par son grand-père, de la Guadeloupe par sa grand-mère, de la Martinique par sa mère, Stella Walters, elle aussi artiste.
Son univers musical fait la synthèse de toutes les influences qui ont traversé son riche itinéraire, l'univers électro, la folk-music, le slam, le hip-hop, la dance-hall. Ce sont ces allers-retours entre la Caraïbe, l'Afrique et l'Europe qui ont fécondé son imaginaire musical et la langue créole, associée au français et à l'anglais s'est imposée à lui comme langue de création.
Le public adhère à cet artiste nomade, l'émotion passe et nous allons de surprise en surprise.
Il place la musique caribéenne qui lui a été donnée en héritage entre l'électronique et l'acoustique car il dit ne pas la voir ailleurs, il en repousse les limites et en explore les confins mélodiques.
David Walters fait partie avec Jeff Baillard, du collectif Bèlè Boumbap et Dub n'Ka de cette nouvelle garde de la musique créole caribéenne qui renouvelle les genres et offre une musique caribéenne à la fois rurale, urbaine, traditionnelle et contemporaine.
Récemment signé sur le label indépendant parisien ¡Ya Basta! (Gotan Project, Boyz from Brazil...), cet homme orchestre réveille le voyageur qui sommeille en nous. Après avoir participé à la tournée asiatique du Ya Basta Sound System, il a dernièrement fait les premières parties de Lenny Kravitz, Morcheeba ou Jamiroquai et de nombreux festivals en France hexagonale.

Plus d'infos sur
www.davidwalters.fr

Share