Exposition : Mario Benjamin au Centre Culturel AfricAméricA

mariobenjaminDurant tout le mois de juin au 9 rue 4 Pacot à Port au Prince Mario Benjamin habite l’instant. Chef de file de l’art contemporain haïtien, pionnier, dans le contexte insulaire, de l’art informel, installation, ready-made, expériences multimédia, performance, il refuse systématiquement de documenter son travail. De ses premières expériences, il ne reste ni commentaires écrits, ni publications, ni films; quelques diapositives ou photographies échappent cependant à la règle. Il faut dire que Mario Benjamin dont les premières expositions figuratives et maniéristes, très conformes au goût de la fin des années 80, va bousculer, jusqu’à la rupture, son public déjà acquis. La critique (si elle existe) ne saura pas l’accompagner dans ses exploits. Depuis une dizaine d’années, ses œuvres, d’une facture très libre, inquiètent … Les récentes expositions de Mario Benjamin s’adressent à l’espace. Il crée un environnement à l’échelle humaine. Le spectateur déambule à travers l’œuvre ou la confronte de manière physique. Il y a donc inversement des rôles. L’art se rapproche du « sujet / spectateur » et cesse d’être objet. Il y a abolition de la distanciation. Cette proximité invasive déclenche des phénomènes au niveau de la perception. Il va sans dire que la censure locale, si peu informée des pratiques actuelles de l’art international et surtout uniquement motivée par le commerce d’objets plastiques, a essayé (dans les limites de ses capacités) de minimiser l’impact de ce qu’il faut qualifier de révolution dans le contexte de l’histoire de l’art haïtien. C’est à ce titre de révolutionnaire que l’œuvre de Mario Benjamin a été présentée a presque toutes les prestigieuses rencontres de l’art contemporain international : Biennale de La Havane, de Johannesburg, de Sao Paolo, de Venise et bien entendu de Santo Domingo. A ce palmarès fulgurant, il ne manque que la « Documenta » allemande. Le Centre Culturel AfricAméricA invite à redécouvrir cette figure de proue de la jeune création caraïbéenne. Barbara Prézeau Stephenson Juin 2002 photo L'installation de Mario Benjamin à la IVe Biennale de la Caraïbe tenue à Santo Domingo (Museo de Arte Moderno) de novembre 2001 à février 2002. en savoir plus sur AfricAmericA voir les partenaires de gdc
Share