A LA UNE

Edito : Lam aux Antilles

Wifredo Lam © Eskil LamWilfredo aurait 100 ans aujourd'hui. Il est là, en Martinique à travers ses oeuvres venues de Cuba. " … La collection qui est présentée aujourd'hui n'est pas un ensemble d'œuvres abouties, encore moins de ces chefs-d'œuvre qui seraient des jalons décisifs de la vérité d'une communauté ou tout simplement de l'histoire d'un art, elle est d'un autre ordre que cela : le témoignage rassemblé de l'effort d'un artiste vers la définition de ses thèmes, le surgissement de ses techniques, l'esquisse des motifs qui animeront ses oeuvres à venir et ses inventions futures.

Cette collection est précieuse, elle ne fait pas que rassembler ces essais et ces commencements, elle permet de les éclairer les uns par les autres. Certaines des oeuvres ont servi d'esquisses à des tableaux qui ont orné les murs de lieux publics à Cuba, d'autres sont très manifestement des études, des aide-mémoires, d'autres les premiers états de futures toiles où nous les reconnaîtrons plus tard. Elles ont leur équivalent, en peinture, si on peut ainsi dire, dans les galeries et les musées de New York, de Paris ou de Rome, ou dans les collections particulières. C'est avec précaution et simplicité qu'il faut donc aborder une exposition qui n'en est pas une, mais plutôt une confidence, la lecture de papiers intimes et de notes de travail, la liasse de documents que vous surprenez dans les recoins d'un atelier quand l'artiste vous a permis de fouiller par là et de récolter ce que vous pouvez. Je voudrais indiquer que ces travaux de Wifredo Lam nous renseignent dans plusieurs directions à la fois. Nous voyons surgir les formes futures de l'œuvre, nous assistons au raffermissement progressif du trait et à l'apparition tremblante des personnages, mais nous comprenons aussi que tout ce travail est accompagné de sa propre critique interne, c'est du moins ainsi que je le vois. Dans la gestation de son univers, dont voici rassemblés les éléments, Lam nous dit déjà que cet univers ne sera pas le lieu triomphant d'une unicité fermée sur elle-même. Il s'agit bien là d'une Genèse, de l'origine d'un monde, mais ce monde est déjà organiquement composite et il s'éloigne des intensités sectaires de tout absolu envisageable. Cette Genèse est donc et aussi une Digenèse, le rassemblement de plusieurs séries de constituantes, hétérogènes les unes par rapport aux autres, mais dont la synthèse organique sera vivante et féconde… ".

Edouard Glissant
Share