Recevoir nos informations

S'abonner

Inscription à la Lettre d'informations culturelles caribéenne « Ici et là-bas » mais à des listes concernant des créations/actualités culturelles par territoire
Hasta pronto! Adan an dòt soley

Saint-Julien, Léa de

En savoir plus sur Léa de Saint Julien et Emile Romney

Léa de St Julien Léa de Saint Julien (Bretagne-Guadeloupe)
Auteur / Photographe / Plasticienne / Réalisatrice

Née d’une mère bretonne et d’un père guadeloupéen, Léa de St Julien est une artiste aux multiples facettes. Licenciée en anthropologie et psychologie sociale, diplômée de l’ESRA (École Supérieure de Réalisation Audiovisuelle) en 1989 puis du California College of Arts and Crafts (CCAC, Oakland, Californie) en 1990, la jeune femme se tourne très vite vers la production et la réalisation audiovisuelle. A travers elles, elle restitue et traduit son expérience métisse mais aussi son goût pour les voyages. Elle a notamment vécu aux Etats-Unis, en Haïti et en Afrique: « Erzulie la Magnifique », « Divine Haïti » (meilleure mise en scène, Montréal, 1994) ou encore « les Ames sont venues » primé au Festival Vues d’Afrique en 1999 et diffusé sur ARTE, TV5 et RFO, sont autant de documentaires nés au gré de ses rencontres. Rencontres avec la religion vodou mais aussi avec l’Afrique spirituelle, celle qui lui a permis de « franchir le voile de l’apparence ».

Léa, qui cumule les passions, s’illustre également dans la photo. En 2001, elle obtient le Prix Noir/Blanc Ilford et enchaîne les expositions : à la Scène Nationale de Mulhouse, la Filature, à la résidence d’Artistes de la Ramée où elle sera lauréate (Guadeloupe 2002), au Festival Métis Arts en Martinique (2003), au Musée départemental Fort Fleur d’Epée (Guadeloupe, 2003) ou encore à Paris dans le cadre de l’exposition Résonance Afrique Caraïbe (Galerie JM’Arts, 2004). Parallèlement, Léa de St Julien travaille depuis plusieurs années dans le domaine de la publicité, de la presse et du long métrage de fiction en tant que photographe, réalisatrice ou chargée de production.
Sa dernière création, la Forêt des Mânes, est l’aboutissement d’un travail long de 2 ans. Cette installation permet à l’artiste d’exprimer tous ses talents et de rendre un hommage vibrant à l’Homme dans ce qu’il a à la fois de pluriel et d’universel.

Voir des oeuvres de l'artiste dans notre galerie d'Arts Visuels >>


Emile Romney
(Guadeloupe - Terre de haut)
Architecte

Diplômé de l’École d’Architecture de Paris, Emile Romney a pensé et conçu de nombreux projets : du « Pont de l’Alliance » qui relie Grande-Terre à Basse-Terre à l’extension des Archives départementales de Bisdary (Guadeloupe), le travail de l’architecte s’inscrit dans une démarche globale. L’objectif : trouver un juste équilibre entre dimension urbaine, sociale et environnementale. Une conception saluée par la profession et qui lui a valu de nombreux Prix : Deuxième Prix de l’Équipement Public en 1997 ou encore Prix Catégorie Architecture pour une villa à Trois-Rivières en 2004.

Premier vice-président de l’Ordre des Architectes de la Guadeloupe mais aussi Secrétaire Général de la Fédération Caribéenne d’Association d’Architectes (FCAA), Emile Romney s’attache également à promouvoir l’architecture guadeloupéenne au sein de l’espace caribéen et panaméricain pour un échange de compétences et de savoir-faire.
Multi-actif, ce passionné d’art dirige depuis 1999 l’association Art Public (Création d’un fond d’art contemporain pour la Guadeloupe) et agrandit dès qu’il le peut sa collection personnelle.
C’est la dimension humaine et universelle de l’installation de Léa de Saint Julien, ainsi que sa nécessaire subtilité de mise en oeuvre, qui a motivé l’architecte à rejoindre la Forêt des Mânes. Il accompagne le projet par sa sensibilité et son expertise : « Il s’agit de réaliser l’oeuvre tout en gardant intacte l’émotion d’origine ». Un challenge qu’il relève avec plaisir.
Share