Présentation

Max Diakok et la Compagnie Boukousou - Paris/Guadeloupe

Max DiakokBienvenue à Max Diakok et à la compagnie Boukousou qui viennent d’intégrer le réseau Gens de la Caraïbe. A l’actualité très prochainement avec Waka Douvan Jou, une création de la Compagnie Boukousou dont il est le directeur artistique, ce chorégraphe et danseur guadeloupéen est notre artiste du mois. Max Diakok
C’est en 1978 lors des swaré léwòz* que Max Diakok découvre une autre forme d’expression à la fois profonde et codée. Dès lors, il côtoie les maîtres Ka et autres praticiens afin de s’imprégner de ce langage. En 1980, « initié », il se sent prêt à son tour à s’exprimer par son corps lors des fameuses « rondes ». Une passion grandissante qui l’emmènera à explorer d’autres modes d’expression à partir de la gestuelle traditionnelle et ce avec divers groupes musicaux de gwoka moderne pour lesquels il dansera en solo.
En 1989, dans un souci de professionnalisation, il s’attaque à d’autres techniques de danse (moderne–jazz, moderne et classique) et part pour l'hexagone un an plus tard, d’abord à la Ciotat puis à Toulon et enfin à Paris.
D’expérience en expérience, Max Diakok évolue, en tant qu’interprète, dans différents univers (danse contemporaine, street-jazz, danse d’inspiration africaine). Un parcours marqué par de nombreuses rencontres. Il croisera ainsi le chemin de Germaine Acogny, Jean-François Duroure ou encore de la Cie Norma Claire…
En tant que créateur, son choix est celui d’une danse contemporaine profondément caribéenne se nourrissant de cet imaginaire fait de souffrance mais aussi de soleil et de merveilleux. Une danse en dialogue avec le monde.

*Swaré Léwòz : soirées au cours desquelles on improvise dans la ronde chants et danses au son des 7 rythmes joués par les tambouyé (tambourinaires). Ces swaré étaient dans un premier temps circonscrites aux zones rurales de la Guadeloupe.

La Compagnie Boukousou
La Compagnie Boukousou est née de la volonté d’artistes chorégraphiques originaires de la Caraïbe de faire entendre leur voix dans le paysage artistique actuel.
Ghislaine Décimus, Max Diakok, Sandrine Lareau, Williams Selbonne et Charles Valma font de la Cie Boukousou l’instrument d’une exploration dans les profondeurs de leur identité. Partir à la découverte de soi afin d’être à même de mieux rencontrer et respecter l’autre, revisiter son héritage culturel afin d’élaborer un langage artistique contemporain... L’axe de la compagnie : la danse et la création chorégraphique. Cependant celle-ci s’attache également à associer les autres arts à la danse afin de créer la synergie des arts.
La Cie Boukousou va également à la rencontre du public où qu’il soit et quel qu’il soit. Pour cela, elle organise des ateliers mais aussi des stages ponctuels de danse gwoka, de danse africaine, de danse afro caribéenne contemporaine ainsi que des initiations en milieu scolaire ou péri-scolaire.
Share