Saison 2004/2005

Artistes présents :
Claude CAUQUIL (Martinique)
Raymond MEDELICE (Martinique)
Thierry ALET (Guadeloupe)
Jacqueline FABIEN (Martinique)
Julie BESSARD (Martinique)
Juan Carlos Gomez (Colombie)

Pour retrouver la biographie de Julie Bessard, Claude Cauquil et Raymond Médélice ainsi qu'une séléction de leurs oeuvres voir notre galerie d'arts visuels (rubrique créateur).


Quelques avis :

Thierry Alet vu par Régine Cuzin (Latittudes 2004, association OCEA)
La transcription des œuvres du patrimoine littéraire est actuellement au cœur du travail et de la réflexion artistique de Thierry ALET. Il trouve les modèles de ses copies dans les pages d'illustres auteurs comme Aimé CÉSAIRE, Saint-John PERSE, Léon Gontran DAMAS ou MACHIAVEL. Des extraits de leurs poésies ou de leurs textes viennent ainsi couvrir les murs ou les tableaux dans une appropriation qui, en se focalisant sur la juxtaposition des lettres, s'attache davantage aux signes. Les lettres entièrement en majuscules, les mots attachés les uns aux autres et l'absence de ponctuation brouillent la compréhension immédiate pour conférer aux écrits de nouveaux sens, en toute liberté par rapport à l'auteur mentionné dans le titre de l'œuvre. C'est cette pratique particulière d'un peintre qui écrit, que l'artiste va réaliser in situ en exécutant une fresque sur laquelle sera accrochée une série de tableaux. L'écriture et des dessins viendront en surimpression sur le support (la cimaise) et le tableau (le châssis), recouverts d'un même tissu d'ameublement. Thierry Alet a déjà exposé dans de nombreuses exposititions en Martinique et en Guadeloupe, comme à Paris, New York, Milan ou Sydney.


Julie Bessard vue par Claude BAGOË-DIANE
Lorsqu’en 1995, j’ai réalisé un court-métrage sur le travail de Julie Bessard, j’avais choisi de la filmer dans une cuisine, terrain à partir duquel les femmes, traditionnellement, manipulent, goûtent, hument, examinent… s’ouvrent au quotidien à une multiplicité de sensations.
Une cuisinière donc, mais du genre céleste, de celle qui travaille en lévitation dans un espace inédit, quelque part entre trivialité et sublime.
Julie Bessard compose à partir de fil de nylon, tétines de plomb, morceaux de plastique, fils de fer… Elle coud, elle casse, elle arrache, elle cloue et paradoxalement fait émerger des figures aériennes qui s’attardent…«entre»...
Sur les espaces de toile et de papier, elle utilise la peinture, l’huile, les pastels ; colle des matières, crée des configurations aux couleurs violentes qu’elle organise en constellations aléatoires ou part à la découverte d’équilibres fragiles, en élaborant des formes non identifiables, qui s’étirent parfois mouvantes, simplement en devenir. Que la magie advienne !
Il vient à l’esprit que dans son atelier de Fond Bernier à la Martinique, elle sème du vent, fend des montagnes, accroche des morceaux de ciel à des fils de nylon. Puisse le vent du large souffler jusqu’à nous. On vous invite au voyage vers un intemporel, un suspendu…


Juan Carlos Gomez vu par Javier Mejia, commissaire de la Fundacion Museo Bolivariano, Santa Marta 
Une passion pour la peinture :
Il est impossible de définir le travail de Juan Carlos Gomez d'une autre manière, aucun autre adjectif nous vient à l'esprit si l'on veut décrire la manière de travailler de ce peintre qui refute l'appellation d'artiste mais accepte volontiers celle de peintre.
C'est qu'entre la peinture et Juan Carlos Gomez il y a une relation très forte comme chez les jeunes amoureux, on sent ce même état fusionnel, son travail l'asorbe, le passionne, le comble et ne lui permet pas de voir au-delà de cet amour obsession. Ce peintre est convaincu de l'intemporalité de la peinture à l'encontre des nouvelles tendances de l'art contemporain.

Share