Edito de Régine Cuzin - Commissaire de l’exposition

LATITUDES 2004 — Terres de l’Atlantique ouvre une voie supplémentaire dans la série d'expositions proposées depuis 2002 sous le titre emblématique de LATITUDES. Ce rendez-vous artistique annuel concourt à promouvoir la création contemporaine des départements et territoires d'Outre-mer. Grâce à des rencontres inédites entre les œuvres d’artistes originaires de ces terres dispersées entre plusieurs océans, de nouveaux horizons se découvrent, des pratiques nouvelles émergent toujours empreintes de cette liberté créatrice qui, d’une latitude à l’autre, dit encore et toujours le monde, le réinvente aussi.

Souvent d’exil ou de passage, ces aires de géographie à la typologie caractéristique pour leur ouverture à l’altérité, leur disponibilité au mélange, entretiennent des liens naturels avec d’autres espaces océanique ou continental. Ainsi s’établissent des connexions culturelles et se tissent des relations humaines avec d’autres territoires et d’autres histoires qui ménagent pourtant l’affirmation de trajectoires singulières.
Avec des artistes de Guadeloupe, de Martinique, de Saint-Pierre-et-Miquelon et des plasticiens de Cuba, Haïti, Jamaïque, République dominicaine, Trinidad & Tobago, LATITUDES 2004 — Terres de l’Atlantique explore cette année les Amériques insulaires situées au large du littoral atlantique ouest, de la frange de la mer des Caraïbes jusqu’aux limites du golfe du Saint-Laurent en passant par les frontières du golfe du Mexique.

Choisis pour la vitalité et la pertinence de leurs créations, ces artistes — de Pointe-à-Pitre, Fort-de-France ou Paris, de Londres, Montréal, Toronto ou New York — s’inscrivent dans la dynamique de ces parcours croisés qui caractérise aujourd’hui nos sociétés. Sans oublier leur généalogie et leur passé, ils accueillent la complexité du présent, s’immergent dans d’autres cultures et s’associent aux débats esthétiques contemporains. Les œuvres présentées dans l’exposition participent au questionnement qui taraude tous les créateurs pour s’approprier un monde toujours en mutation et en perpétuel devenir.
Dans le cadre de cette troisième édition de LATITUDES, les artistes exposent une sélection d’œuvres représentatives de leurs démarches, sous la forme de pratiques aussi diverses que la peinture, la sculpture,l’installation, la photographie, la vidéo et le son.

Carrefour de confrontations et d’échanges, la manifestation propose aussi des tables rondes auxquelles participent les artistes, des écrivains et des critiques d’art. Films documentaires et pièces de théâtre sont également programmés.
Pour sa part, l’édition du catalogue témoigne de la singularité des œuvres et constitue une trace provisoire de la démarche intellectuelle des artistes : les «propos recueillis», paroles spontanées ou théoriques, se font l’écho de la singularité des voix des créateurs et de l’éclectisme des travaux présentés.

De l’île à l’archipel, de l’archipel au continent, LATITUDES maintient son cap pour doubler d’autres territoires de l’Outre-mer. Ainsi, lors des prochaines éditions, la Guyane dialoguera-t-elle avec l’Amérique du Sud ; la Polynésie française, la Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna avec le Pacifique, la Nouvelle-Zélande et le continent australien.

Régine Cuzin - Commissaire de l’exposition

7500 visiteurs ont fréquenté LATITUDES 2002 — première plate-forme de convergence entre les itinéraires croisés de quinze artistes des quatre départements d’Outre-mer : Guadeloupe, Guyane, Martinique et La Réunion. LATITUDES 2003—Terres de l’océan Indiena accueilli 15000 visiteurs dans les salles ou étaient exposés les travaux d’artistes de La Réunion, Mayotte, Comores, Madagascar, Maurice, Seychelles, Afrique du Sud, Mozambique et Tanzanie.

Share