Rudy Calif, doctorant  en physique, moniteur en DEUG SM et SV, vice trésorier et vice secrétair

Rudy Calif

Sur quoi travailles-tu ?
Je travaille sur la production d’énergie électrique à partir de machines éoliennes. La source de cette énergie, c’est donc le vent.  On ne peut pas stocker le vent, et par essence, c’est  quelque chose de très fluctuant. Forcément, à la sortie d’une ferme éolienne, la puissance sera fluctuante. Donc le problème, c’est que sur le réseau de diffusion de l’électricité, on va récupérer ces fluctuations. L’un des objectifs de mon travail de thèse c’est de pouvoir réagir quand il y a ces fluctuations, pouvoir élaborer des modèles de prédiction de manière à contrôler et gérer ces fluctuations.

Enseigner et étudier en même temps est-ce important pour toi ?
Les à priori que je pouvais avoir par rapport au métier d’enseignant ont été totalement remis en question.  Le fait d’enseigner m’invite à  me remettre perpétuellement en question par rapport aux attentes des élèves. De plus quand on veut faire passer un message et être le plus pédagogue possible, ce travail là est primordial. Pour m’aider dans ce sens, je suis des formations qui me guident quant à la façon de se tenir, la façon dont on s’adresse aux élèves afin de les captiver lors d’une séance. Au final celui qui arrive à faire passer un message, c’est celui qui parvient à susciter de l’intérêt chez le cancre. Le fait d’enseigner tout en travaillant sur ma thèse, cela m’apporte vraiment !

Qu’est-ce qui t’intéresses au sein de l’AJC ?
Je pourrais parler plus particulièrement de l’objectif d’insertion professionnelle que s’est fixée l’AJC : tout le monde ne pourra ou ne voudra tout simplement pas être enseignant chercheur. Aussi, l’association tisse des liens avec des socio-profesionnels, de manière à véritablement pouvoir jouer le rôle de tremplin entre l’Université et le terrain.


Contact : rudy.calif[antispam]univ-ag.fr
(remplacez [antispam] par @)

Share