La Nuit de la comète – Michèle Montantin

Du théâtre de Michèle Montantin, on retiendra son attachement à la culture créole, illustrée dans Vie et mort de Vaval, mais aussi la façon dont subtilement l’espace et le temps imprègnent son écriture. L’insulaire reste une exilée à la mémoire écorchée (Le Chemin des Petites Abymes), vivre dans une île fait vibrer le sentiment de solitude, la menace fréquente des cyclones et d’un  volcan précipite le quotidien dans l’urgence. Mais l’envie de se battre est intacte, l’humour préserve des méfaits du temps et les horizons sont immenses.


Elsa : En fait cela faisait déjà quelques années que je nous imaginais avec effroi vieillissant côte à côte.
Et voilà, j’ai enfin ma récompense. Il m’a laissée seule face à la montagne, à la forêt, aux étoiles. La petite lumière qui brille de l’autre côté comme un morceau de verre cassé, a rayé mon rêve.


Deux amies conversent et se confient sur l’amour, les hommes, la solitude alors qu’à leur horizon grandit la menace d’une comète qui fonce sur la terre. Puis la petite communauté que constituent Elsa et son amie, sa fille et son compagnon, à l’aube de leur vie amoureuse, et Osman, son ex-mari qui les a rejoints, attend, impuissante, qu’ait lieu la catastrophe annoncée. C’est l’occasion pour chacun des personnages de se prêter au jeu de la vérité.

La Nuit de la comète a été écrite au cours de la Résidence d’écriture D’un océan à l’autre, en 2001 à la Chartreuse de Villeneuve les Avignon.

Lecture dirigée par José Exelis
Avec Mylène Bey, Céline Bruhaux, Aliou Cissé, Martine Jazor, Patrice Tenot

Share