A LA UNE

Biographie de Wifredo Lam

Wifredo Lam(1902-1982) Né à SAGUA LA GRANDE en 1902, Lam fait ses études à l’Académie San ALEJANDRO à La Havane, puis à MADRID dans l’atelier du Peintre espagnol Fernando Alvarez de SOTOMAYOR. Fils de Yam Lam, un émigrant chinois qui lui donne naissance à 84 ans, et de Ana-Serafina, métisse cubaine, il part pour l’Espagne en 1923, avec une Bourse d’Etudes. Wifredo Lam y réside 14 ans et prend part à la défense de la République.
 
En 1938, Lam arrive à PARIS et rencontre PICASSO qui l’introduit dans le cercle de ses amis, Michel LEIRIS, Paul ELUARD, Tristan TZARA, LEGER, BRAQUE, MIRO, Christian ZERVOS, MATISSE et d’autres membres du Monde Intellectuel parisien.
 
En 1939, Pierre LOEB, son premier marchand d’art, décide d’exposer ses œuvres, avec celles de PICASSO à la « Perls Gallery » de NEW YORK.
 
Lam fait la connaissance de Benjamin PERET et d’André BRETON et se lie au mouvement surréaliste. L’irruption du fascisme au cours de la 2ème Guerre Mondiale l’oblige à abandonner PARIS et le Vieux Continent. Il illustre le livre d’André BRETON, Fata MORGANA, dont seuls très peu d’exemplaires ont échappé à la censure du Gouvernement de Vichy. Il part pour la Caraïbe avec plus de trois cents intellectuels (300).
 
En 1941, il arrive d’abord à la MARTINIQUE, et rencontre Aimé CESAIRE. Après un bref séjour dans l’île de SAINT-DOMINGUE, il retourne à CUBA et s’installe à LA HAVANE. Il reçoit la visite d’Alejo CARPENTIER, Virgilio PINERA, Lezama LIMA, Pierre MATISSE, Pierre LOEB, Fernando ORTIZ et d’autres personnalités de marque. Au début de l’année 1943, il termine « LA JUNGLE », Œuvre qui constitue la genèse d’un style définitif.
 
Il voyage et expose de façon régulière. De 1944 à 1946, il se rend à HAÏTI, NEW YORK, et PARIS. Entre 1947 et 1952, il partage son temps entre CUBA, la FRANCE et les ETATS- UNIS, et se rend également en ITALIE et en ANGLETERRE. En 1952, il s’établit définitivement à PARIS. En 1960, il ouvre cependant un Atelier à ABISOLA MARE en Italie.
 
Les Expositions individuelles les plus marquantes sont celles de :
La « Perls Gallery » avec PICASSO ( à NEW YORK, 1938), la Galerie Pierre LOEB (PARIS, 1939-1945), la Galerie Pierre MATTISSE (NEW YORK, 1944-1948-1949), le Parc Central (LA HAVANE, 1950). La Galerie MAEGHT (PARIS, 1953), le Musée National des Beaux Arts (LA HAVANE, 1963-1965-1966), le Stedelijk Museum (AMSTERDAM, 1966). En 1966, il peint « LE TIERS-MONDE » en hommage à la Révolution Cubaine. Un an plus tard, il collabore à l’organisation du « Salon de Mai » à LA HAVANE. En 1968, il assiste au Congrès Culturel de LA HAVANE.
Son œuvre a inspiré près de vingt ouvrages monographiques (Fernando ORTIZ, Michel LEIRIS, Jacques CHARPIER, J.A. BARAGANO, Yvon TAILLANDIER, Alain JOUFFROY, entre autres), des poèmes et des dizaines d’essais et d’articles, ainsi que des films documentaires et des programmes de Radio et de Télévision.
En 1951, Lam obtient le premier Prix du Salon National de LA HAVANE. En 1953, en Italie, il reçoit la Médaille d’Or du Prix LISSONE, décerné aux étrangers, le Prix International GUGGENHEIM (NEW YORK, 1964), le Prix MARZOTTO (Italie, 1965). En 1981, le Conseil d’Etat et le Ministre de la Culture, Armando HART lui décernent la Médaille de l’Ordre Félix VARELA (1er Degré). Il reçoit également celle de l’Ordre du Combattant International.
 
A sa mort, en 1982, ses cendres sont, selon la volonté du peintre, transférées à CUBA, où est créé en hommage posthume, le « Centre Wifredo LAM » pour la promotion et l’étude des Arts Plastiques du Tiers-Monde.
Share