Arts visuels/cinéma

Arts plastiques

« Le Galet bleu », une histoire d’aujourd’hui pour des enfants créoles

galet bleu 0

Après « Les longues nattes de Poética », sorti fin 2013, les éditions Jasor, en Guadeloupe, viennent de publier un nouvel album de jeunesse, « Le Galet Bleu ». Un livre précieux à feuilleter et à raconter aux petits enfants sans modération.
par Scarlett Jésus.

L’ouvrage, primé pour la seconde édition du concours « Livre jeunesse en Caraïbe » organisé par le Conseil Général de Guadeloupe, a été réalisé par Laure Cuirassier, pour le texte, et par Viva Cuirassier, sa fille, pour les illustrations. Une maman et sa fille… comme dans l’histoire à découvrir.

Lire la suite : « Le Galet bleu », une histoire d’aujourd’hui pour des enfants créoles

L’Art peut-il contribuer à changer la société? (par S. Jésus)

Colloque-CEREAP-2013 PEDURALes 30 novembre et 1er décembre 2013, s’est tenu à Fort-de-France le 18ème colloque du CEREAP (Centre d’études et de recherches en esthétique et arts plastiques) dont Dominique BERTHET, professeur des Universités, est à la fois le fondateur et le responsable.

Les colloques du CEREAP, qui se situent chaque année depuis 1995 à la même période -1er week-end  de décembre-, se déroulent alternativement une année en Martinique, l’année suivante en Guadeloupe.

Ils approfondissent annuellement un thème qui fait également l’objet d’un numéro de la revue Recherche en Esthétique. Dans la continuité  des deux derniers colloques qui portèrent sur « Le trouble » et sur « Transgression(s) », ce 18ème colloque invitait à un approfondissement de la réflexion, à partir du thème « Art et engagement ».

Lire la suite : L’Art peut-il contribuer à changer la société? (par S. Jésus)

« Pour une critique d’art engagée » de Dominique Berthet

(source Madinin'art) Comme l’indique le titre, l’ouvrage porte sur la critique d’art, plus précisément, sur la nature de l’engagement du critique d’art. Dominique Berthet y questionne « la relation particulière qu’entretient celui qui projette de parler d’une œuvre avec l’œuvre elle-même (…). Qui est le critique ? Quelle est la nature de sa relation avec l’œuvre ? Quelle est l’utilité de la critique ? Quel est le projet de la critique ? Quelle est sa méthode ? Quel discours développe-t-il ? Qu’advient-il de l’œuvre ? ».

Cette constellation de questions en convoque une autre : « Qu’en est-il du discours critique ? En quoi consiste le fait d’écrire sur une œuvre ? Comment analyser une œuvre ? Que dire d’une œuvre et comment le dire ? ».

C’est là qu’apparaît une hypothèse pour l’auteur : l’idée que « le discours critique prend place lui aussi dans un processus créateur ». La création artistique et le discours critique, selon l’auteur, se rencontreraient sur le chemin de la création. Appartenant à deux domaines distincts, leur relation n’en serait pas moins étonnamment féconde.

Lire la suite : « Pour une critique d’art engagée » de Dominique Berthet

« Imposantes ou inquiétantes légèretés » par Scarlett Jésus

RIP-ART 2013« Imposantes ou inquiétantes légèretés » par Scarlett Jésus revivance des matériaux, exposition du 15 au 30 novembre 2013
Fort « Fleur d’Epée », Gosier.
Petites mains et des idées à revendre, elles sont quatre « ripppeuses » – Félie Line Lucol la présidente, Laurence Roussas, Ruti Russelli et Christelle Urgin- qui collectent, assemblent et détournent des matériaux au rebut. Au sein d’un collectif : Rip Art.

Mais pourquoi avoir choisi comme titre de leur exposition, « Imposantes légèretés » ?
Une exposition superbe, ludique, drôle au premier abord. A voir absolument. Et à revoir au besoin. De préférence à la tombée du jour. Parce que ce moment est propice à la perception de cet entre-deux, entre clarté et obscurité, où se niche l’hésitation entre ce qui apparaît comme réel, et ce qui relève de l’imagination. L’exposition devient alors plus « trouble », plus troublante.

Lire la suite : « Imposantes ou inquiétantes légèretés » par Scarlett Jésus

« Nou Touttt Fou », exposition de peintures et film Christian SABAS et l’Atelier du non faire

« Nul n’a jamais écrit ou peint, sculpté, modelé, construit, inventé, que pour sortir, en fait, de l’enfer ».
Antonin Artaud, Van Gogh, le suicidé de la société, 1956

Est-ce le fait de vivre en contact avec la folie qui a fait de Christian Sabas un révolté ? A moins que le fou ne soit que le nom donné par la société à celui qui en refuse les codes ? Et si les fous, c’étaient nous. Nous qui nous croyons sages, refusant d’admettre que nos certitudes ne sont qu’illusions trompeuses.

Dans une annexe de l’hôpital Maison Blanche, Pavillon 53, Christian Sabas tournant le dos aux soins psychiatriques traditionnels, ouvrit un atelier artistique destiné aux personnes en souffrance. C’était en 1983.

Lire la suite : « Nou Touttt Fou », exposition de peintures et film Christian SABAS et l’Atelier du non faire