Christiane Taubira demande l'annulation de la dette payée par Haïti

TaubiraChristiane Taubira s'est adressée au Gouvernement français début janvier 2003 Lundi 13 janvier 2003, la Députée guyanaise Christiane Taubira Delanon demande au Gouvernement français l'annulation de sa dette de décolonisation haïtienne et la réparation d'une injustice. Il y a quasiment deux siècles, au terme de l'insurrection menée par Toussaint Louverture pour libérer Haïti du joug colonialiste et pour lutter contre le rétablissement de l'esclavage décidé par Napoléon Bonaparte, l’indépendance de la République d'Haïti a été proclamée le 1er janvier 1804 par le Général en chef Dessalines. La première République noire indépendante était née. Cependant, une ordonnance royale imposait sous la menace à l'ancienne colonie de payer un tribut à la liberté pour dédommager les colons de leurs terres. Ce tribut, payé jusqu'au dernier sou par Haïti, représentait à l'époque six années de recettes budgétaires du jeune Etat Haïtien. Aujourd'hui, Haïti est l'un des Etats les plus pauvres du monde avec plus d'un million d'Haïtiens vivant en exil. Non que ce tribut à la liberté en soit seul responsable, il a pourtant contribué à l'affaiblissement du jeune Etat, alors qu’au dix-huitième siècle cette colonie était l'une des plus productive du monde. Elle a donc largement travaillé et contribué à l'accumulation des capitaux français. Deux cents ans après la libération d'Haïti, Christiane Taubira Delanon demande solennellement au Premier Ministre français de procéder, au nom du Gouvernement, à l'abrogation du Traité de 1838 qui a fait appliquer le tribut de décolonisation ainsi qu’à la restitution de l'argent versé.
Share