Marlène Myrtil, chorégraphe – danseuse en résidence au Fonds Saint-Jacques

Marlène Myrtil © Philippe Bourgade« Assentiment 3 »,  en création du 17 décembre 2007 au 25 janvier 2008 et présenté en avant première  au Centre Culturel de Rencontre Fonds Saint-Jacques, les 24 et 25 janvier 2008  - " ...Un projet de résidence  qui s’est peu  à peu enrichi  d’échanges, l’un consistant à rencontrer et collecter les paroles des séniors du quartier St Jacques sur les danses d’antan, l’autre s’appuyant sur une collaboration avec un artiste résidant en Martinique, Cédric  Vilet, pour une reprise du deuxième  volet de « Assentiments ».  Enfin,  la perspective  d’une  présentation et d’un temps de rencontre avec des enfants s’est naturellement imposée;  la présence de séniors invités à exposer leur perception de la danse d’antan permettra un lien inter générationnel…"

Originaire de la Martinique, Marlène Myrtil débute sa carrière d'interprète  à Paris  en 1991.

Elle se forme en danse contemporaine auprès de Bill T Jones, l’école Cunningham et aujourd’hui Peter Goss. Est également initiée au hip hop et à la danse africaine, pratique le yoga.

Marlène a travaillé auprès de chorégraphes et metteurs en scène de tous horizons tels que Germaine Acogny, Josiane Antourel, Max-Laure Bourjolly, Maurice Béjart, Jean-François Duroure, Marianne Isson, Jean-Marie Maddeddu, Irène Tassembédo.

Elle est co-fondatrice  du collectif  LMNO – déambulation  chorégraphique de rue  - qui se produit en Europe depuis 2003.

Avec  Kaméléonite, Marlène développe  sa propre écriture chorégraphique  par la création de pièces et performances dansées sur la région parisienne, la Caraïbe, et ponctuellement New York.

Enseignante diplômée d'état, Marlène initie et s'associe à différentes formes de projets pédagogiques et artistiques  introduisant les danses ethniques, les danses urbaines dans l'univers contemporain. Elle mène, depuis 2002, des recherches corporelles et artistiques en milieu psychiatrique.

Sur 2007,Marlène crée le triptyque « Assentiments »  . 3 volets  axés sur les thèmes de la blessure et du handicap.

« Assentiments », pour changer nos préhensions  et appréhensions de l’autre qui gêne, détone, détourne, déraille. Assentiments pour rafraîchir un regard, éloigner les barrières, les préjugés et les cadres.

En médecine chinoise, il existe des points le long de la colonne vertébrale que l’on appelle points d’assentiment, ces points ont la capacité de calmer et de disperser l’énergie. Chacun de ses points lie correspondance avec  un organe interne. L’ensemble de ces points est appelé chaîne des assentiments.

Belle application pour un axe vertébral, et tant de questions pour moi sur la profondeur du lien, la persistance de l’attachement et la consolidation des rouages.
Le mot Assentiment s’avère fondamental  pour ce triptyque.

Assentiment 1- chaîne, lien profond
La profondeur du lien, c’est celle qui surgit lorsque  j’observe  la danse des préadolescents  autistes et psychotiques que j’accompagne dans l’expression artistique depuis  5 ans. Un lien très fort avec  soi -même et la vie, bien au-delà de ce que les  cadres nous laissent percevoir.

Assentiment 2- attachements
La persistance de l’attachement, c’est à l’image du nègre marron qui  jouit de sa liberté, l’étrange réminiscence  du lien à l’autorité. C’est  une chaîne virtuelle qui  continue de blesser une partie de l’âme, c’est aussi un lien constitutif de l’homme noir dans sa souffrance  existentielle

Assentiment 3- sédimentaire
La consolidation des rouages, c’est l’extraordinaire  présence  des personnes âgées  dans leurs détails de corps  et d’esprit. Sédimentaire par l’accumulation des tranches de vie, Assentiment 3 est une invitation à comprendre la densité du temps sur l’homme.


Sa Résidence à Fonds  Saint-Jacques


S’appuyer sur les notions de temps et de vieillesse pour créer « Assentiment 3 » impliquait pour moi un rapprochement auprès des aînés, afin d’affiner ma perception  et de dépasser les  pensées communes. Ceux qu’on appelle pudiquement les séniors nous  fascinent car ils sont le socle d’une mémoire collective, pourtant ils portent parfois une blessure extrême, jusqu’à l’oubli.

J’avais  envie  de mener mes recherches d’écriture chorégraphique tant en métropole qu’en Martinique  car l’éclat de la vieillesse est bien différent ici ou là.
Ainsi est né le projet de temps de création sur la Martinique et la possibilité de me concentrer  cinq semaines durant sur un thème qui trouve parfaitement sa place à Fonds saint- Jacques.
Ce projet de résidence  s’est peu  à peu enrichi  d’échanges, l’un consistant à rencontrer et collecter les paroles des séniors du quartier St Jacques sur les danses d’antan, l’autre s’appuyant sur une collaboration avec un artiste résidant en Martinique, Cédric  Vilet, pour une reprise du deuxième  volet de « Assentiments ».
Enfin  la perspective  d’une  présentation et d’un temps de rencontre avec des enfants s’est naturellement imposée;  la présence de séniors invités à exposer leur perception de la danse d’antan permettra un lien inter générationnel… Marlène Myrtil

Cédric VILET

Issus de la couche populaire métissée, Cédric VILET  s’est  affiné  dans son goût du  mouvement spontané, vers  une  éducation  d'actions  organisées  et sauvages  de l'expression  corporelle et de la Danse. 

Après  quelques  années  d' études  de  musique dans un Conservatoire municipal, Cédric Vilet a évolué  dans des structures touristiques en  Méditerranée, grandes et petites  Antilles  et Floride. Il a séjourné  en Angleterre  avec la compagnie Kokuma Dance Théâtre.

Par la suite,  il a été interprète pour le Théâtre  National  de  Bretagne  et la compagnie  Ebène.
En 2006, il collabore avec Josiane Antourel  dans les Armes miraculeuses et participe à Fort de danse.




Jeudi 24 janvier 2008, 09h 30
Au Centre Culturel de Rencontre Fonds Saint-Jacques

PRÉSENTATION SCOLAIRE

•    Le bal d’Antan, intervention des séniors du club des  Myosotis  de Ste Marie

•    Prélude
« Bal d’Antan », performance  dansée  par Marlène Myrtil et Cédric Vilet autour du  collectage  de  paroles  des  séniors  du  Quartier St- Jacques
Durée  15’


•    Assentiment 3, Sédimentaire

Chorégraphie, interprétation et texte Marlène Myrtil
Musique, Mozart « Ridente la calma » KV 152
Créations matières sonores et percussions, David Gore
Lumières Valéry Pétris Avec le regard complice d' Yna  Boulanger
Durée : 27’
 

CONTACT

CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE FONDS SAINT-JACQUES
11 rue du pavé
Quartier Saint-Jacques
97230 Sainte-Marie
Tel: 0596 69 10 12  - Fax: 0596 69 21 58
www.fondsaintjacques.com

Contact presse
Katharina BLUM
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Port: 0696 24 30 62

Avec le soutien du secrétariat d’état outre-mer & le Conseil Régional de la Martinique
Share