Africa Solo - Cie Les enfants de la mer

Africa SoloD’après le recueil de poésie d’Ernest Pépin - Adaptation Michel Dural - Mise en scène José Exélis. Avec Dominik Bernard, Daniely Francisque, Joël Jernidier. A la rencontre de l’Afrique, la rencontre d’Ernest Pépin avec le continent africain en 1999 : un Guadeloupéen qui parle de l’Afrique.

« Philosophe et Président, poètes du bitume, errants au grand cœur, nous interpellent sur le sens de l’Histoire, la place de la mémoire tandis que Marie, jeune femme espiègle et mélancolique enchante de ses mélodies une Histoire qu’elle voudrait placer sous le seul sceau de l’amour et de la vie… »



Africa solo a été créée en novembre 2003.
La pièce a fait l’objet d’une reprise avec deux nouveaux comédiens.

La pièce présentée dans le cadre de cette tournée est une re-création
novembre 2006


Lumière – Décor : Dominique Guesdon / Régie lumière : Dominique Guesdon - Valéry Pétris
Coproduction Les enfants de la mer / Cie théâtrale de l’Affranchi
Avec le soutien du Cmac - scène nationale, des Directions Régionales des Affaires Culturelles de Guadeloupe et Martinique - Ministère de la Culture et de la Communication - et le Conseil Régional de Martinique.


Mot du metteur en scène

Africa Solo, solitude face à l’Afrique, solitude de l’auteur, solitude de ce continent qui n’en finit pas d’agoniser, mais aussi Afrique porteuse de mille espérances. La mise en scène et l’espace épurés essaient de traduire l’essentiel, l’indicible face au paradoxe de l’Histoire, Histoire chargée de toutes les mémoires, donc mémoire de l’humanité. Pour ce faire, le parti pris d’un théâtre total sans frontière où chant, danse, vocal, texte et mouvement peuvent s’entrecroiser, se soutenir et s’affronter pour ainsi dire nos réalités caribéennes. J. Exélis


A la rencontre de l’Afrique, la rencontre d’Ernest Pépin avec le continent africain en 1999 : un Guadeloupéen qui parle de l’Afrique.

Aboutissement d’un long chemin individuel, ce texte dont l’organisation se fonde sur le jeu de l’ici et du là, exprime moins la quête de l’Afrique originelle, fondatrice de toute identité antillaise, que le désir de se mettre à l’écoute du peuple africain d’aujourd’hui…
A travers d’intenses moments lyriques, c’est toute une réalité tragique qui nous est donnée à voir en un seul mouvement  qui témoigne toutefois du refus du poète de renoncer à la part de rêve qui est en chacun de nous. Un texte qui s’adresse à l’Autre et établit, sans inquisitions, le constat de ce retour au Pays.
Aboutissement d’une démarche qui n’a jamais minimisée, même dans les poèmes centrés sur le rapport au pays natal et l’enracinement dans la terre antillaise, la contribution de l’Afrique à la culture caraïbe…


Ah ne me dites pas
Que je ne suis pas d’ici
Je suis né du sexe moite de la lagune
J’ai habité son ventre durant neuf mois
Et je me suis réchauffé au feu de ses entrailles
Et j’ai dérivé dans le vent fou
Des Amériques
C’est d’ici que je suis parti
Fœtus de fausse couche
Dans la couveuse des îles créoles…

Tambour roulé en l’autre bord…
Tambour tombé en l’autre bord
Ausculter-moi
J’ai sur mon dos la plaie purulente des volcans
Avec ma face blanchie au moulin des métissages
Et je porte le masque de mille sangs tressés

Ernest Pépin (extraits : Africa-Solo)



L’auteur Ernest Pépin
Lors d’un séjour en Côte d’Ivoire, le poète et romancier guadeloupéen Ernest Pépin a eu la sensation d’effectuer un pèlerinage : « Ce fut pour moi une expérience forte et troublante car mes fantasmes allaient être confrontés à la réalité.
Ma mémoire africaine était très riche. Elle fut nourrie par un père qui avait été marqué, à Paris, par les mouvements politiques qui ont conduit à l’ère des indépendances.
Elle fut activée par ma découverte, puis ma fréquentation continue de l’œuvre d’Aimé Césaire et de tous les acteurs de la négritude. Elle fut entretenue par de nombreuses amitiés et par une sensibilité vigilante à tout ce qui concerne l’Afrique.
Au cours de mon séjour, je me retrouvais là d’où j’étais parti et tout me mettait en état de vibration solidaire avec le paysage, les êtres humains, la vie sociale, les données politiques et économiques … »

Né au Lamentin (Guadeloupe) où il réside, Ernest PÉPIN est Directeur des Affaires Culturelles et du Patrimoine au Conseil Général de la Guadeloupe.
Auteur des recueils de poésie « Au verso du silence (L’Harmattan, 1984), « Salve et salive » (Silex, 1986), « Boucan de mots libres » qui a reçu le Prix Casa de las Americas en 1990 et « Babil du Songer » (Ibis rouge, 1997), il a également publié plusieurs romans aux éditions Gallimard, dont « L’Homme au bâton » (1993) et « Tambour-Babel » (1996)


Joël Jernidier

Directeur artistique de la compagnie théâtrale de l’Affranchi, il est formé au cours Florent et a joué avec Richard Demarcy Les deux bossus et la lune, dans Marie Ouaté de Joël Jouanneau mis en scène par François Martin, Melle Julie d’August Strindberg mis en scène par Ewelyne Guillaume, La solitude des Champs de Coton de Koltès mis en scène par Moïse TOURE, Pawana de Le Clézio, mis en scène par  Moïse Touré. Après « Carêmes » de Gerty Dambury, « Martin Luther King » de Hammur Graia mis en scène par Jean-Michel Martial et « On Bèl Mayé » ou « Les Noces chez les Petits Bourgeois » de Brecht, mis en scène de Philippe Adrien.


Dominik Bernard
Comédien guadeloupéen formé aux Etats-Unis, aux Antilles et en France. Après quatre années passées à la télévision où il animait un magazine culturel sur les antennes de RFO-Guadeloupe, il se consacre aujourd'hui essentiellement au théâtre.
Il a joué notamment avec Hassane Kouyaté Abribus de Laurent Van Wetter ; Alex Novak La Tempête de Shakespeare ; Pierre-Marie Carlier Mademoiselle Julie de Strindberg ; Sotigui Kouyaté Œdipe ou la Controverse d’après Sophocle ; Greg Germain Monsieur Toussaint de Edouard Glissant ; Anne-Laure Liégeois Embouteillage ; Alain Ollivier L’Exception et la règle de Brecht ; Philippe Adrien Le Roi Lear de Shakespeare, La Noce chez les petits-bourgeois... créoles-On mayé ozabwa de Brecht ; Jean-Michel Martial Liens de sang de A. Fugard, Le Psychiatre noir de L. N’Kosi ; Eddy Arnell Couple cherche couple.
Il est directeur artistique de la Compagnie du Pélican Jaune.


Daniely Francisque
Née en Martinique, Daniely Francisque a grandi en région parisienne. C’est avec les danses traditionnelles créoles « Gwoka, bélè, biguine, mazurka... » que Daniely fait ses premiers pas sur scène. À 22 ans, elle débute sa carrière de comédienne. Elle intègre la compagnie du Théâtre de l'Air Nouveau et participe à ses créations, évoluant du conte pour enfant, au théâtre, tout en conciliant la danse et le chant... De 94 à 2006, Daniely évolue dans une vingtaine de pièces, accompagnant metteurs en scènes et chorégraphes qui l’ancrent définitivement dans une terre où la parole et le geste s'allient harmonieusement.
A partir de 1999, la comédienne s’ouvre à l’expérience cinéma. Elle perfectionne son jeu d'actrice au sein du Laboratoire de l'acteur d'Hélène Zidi-Chéruy de 2002 à 2005. Elle apparaît dans de nombreux courts, longs métrages et téléfilms (ROULE ROUTIER de Marion Sarraut, 1999, ANTILLES SUR SEINE de Pascal Légitimus, 2000), avant d’incarner en 2004, l’héroïne de LA NOIRAUDE, un film de Fabienne et Véronique Kanor. On la verra également dans des courts-métrages (L’APPRENTIE de Foued Mansour et Luc St-Eloy, 2005, PARIS JE T’AIME de Gurinder Chadha 2005, LETTRE À IRÈNE de Tony Coco-Viloin, 2006 ) et prochainement dans la série tv historique TROPIQUES AMERS de Jean-Claude Flamand-Barny, 2006.


José Exélis
Directeur Artistique de la Compagnie Les enfants de la mer depuis 2002, José Exélis a mis en scène et adapté Les enfants de la mer d’après une nouvelle d’Edwidge Danticat - 2003, Iago d’après Othello de Shakespeare - 2005 et mis en scène Départs de Stéphane Martelly en 2006. Wopso ! de Marius Gottin, pièce créée en 1999, continue quant à elle, de fouler les planches de Martinique.
Après une première version créée en 2003, José Exélis recrée Africa Solo d’après le recueil de poésie d’Ernest Pépin, adaptation de Michel Dural, présentation le 30 nov. et 1er déc. 2006 au Cmac, avec le soutien de la Drac Guadeloupe et le Cmac.
José Exélis créera en Janvier 2007 à l’Artchipel, Comme deux frères de Maryse Condé avec Gilbert Laumord et Ruddy Sylaire, une production de la Cie Siyaj/Gilbert Laumord et coproduction de la Cie Les enfants de la mer.


La compagnie Les enfants de la mer est soutenue par la Direction des Affaires Culturelles de Martinique - Ministère de la Culture et de la Communication - et le Conseil Régional de Martinique.


Plus d'infos sur le site web de la compagnie : www.lesenfantsdelamer.com


- les 30 nov. et 1er déc. à 20h
Cmac, scène nationale - Martinique et le le 5 déc. au Centre Culturel Robert Loyson - Guadeloupe

- le 9 déc.   à El Rancho, Grand Bourg - Marie-Galante


Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">

Coordonnées :

La Compagnie Les enfants de la mer
71 Tivoli Post Colon
97234 Fort de France - Martinique
05 96 63 76 89
06 96 96 64 77
06 96 40 53 68
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site Internet : www.lesenfantsdelamer.com

 

Direction Artistique : José Exélis
Administration : Caroline Galin
Licences : 2-136307/3-136309

 

Share