Décès tragique de Jerry René-Corail, le 16 mai 2006.

Jerry René-Corail

Artiste plasticien et poète né en 1960 en Martinique, Jerry René Corail vivait et travaillait en Guyane. ""Je viens d'apprendre à l'instant la terrifiante nouvelle : Jerry René-Corail s'est suicidé à Cayenne par arme à feu.
Il était mon ami Jerry. Il était dans le tourbillon de notre ouragan poétique, dans notre "Hurricane", naguère, il poussa ses "cris d'Insulaire", mais un autre gros vent l'a pris, dans je ne sais quelles "Glissades", le grand tourbillon de la mort l'a emporté. Celui de la mort volontaire. Quel esclavage fuyait-il ? A-t-il trouvé "La Clef du temps" ? Plût aux dieux qu'il ait marronné! Puisse-t-il, pour pallier ma peine, me murmurer à l'oreille, comme quand il affirmait ": "Khokho n'est pas mort ! Il a changé d'adresses": ...

Si j'avais su ce que c'était que la mort, je ne me serais pas fait tant d'inquiétude à son sujet; juste un pénible moment à passer, mais cela vaut
bien la peine, comparé aux plaisirs et à la paix que l'on découvre ici." À l'instar d'"Une femme nommée Afrique", je voudrais redire ces mots-là, ses mots à lui :

"Ô corps aimé
Les ténèbres repêchées
Ô nudité
Encore drapée de vérité

Ô femmes en pleurs
Les yeux couverts de malheurs
Ô femmes en larmes
Ô corps trempés
Drapés de pluie comme linceul

Tous morts
Et moi sauf
Ils pavent les marches
Des siècles noirs
Tous morts
Et moi sauf
Tous morts
Pour toi
Pour moi"

Pour moins souffrir, oui, je veux me dire, l'entendre dire :
"Tous morts
Et moi sauf".

De grâce, prenez bien soin de vous!
En amitié, toujours. "

 

Suzanne Dracius

 

Gens de la Caraïbe adresse ses sincères condoléances à la famille et aux amis.

Share