Infos professionnelles

Interreg III B et la culture, année Senghor, ateliers contes en Jamaïque, Saint-Laurent du Maroni, festival Kamalakuli Mato, projet CARIBE XXI...
INTERREG III B ET LA CULTURE

Le programme Interreg III B - Espace Caraïbes, qui vise à soutenir et à développer les actions de coopération transnationale entre les Régions Guadeloupe, Martinique, Guyane et les pays tiers de la zone Caraïbe-Amériques, propose des séances d'informations pour les porteurs de projets culturels en Guadeloupe ou Martinique. Ces séances pourront être mises en oeuvre selon les demandes formulées auprès du Secrétariat Technique Commun en Guadeloupe.
Contact : Mme Saban-Diallo - chargée du programme Interreg Espace Caraïbes - Conseil Régional de la Guadeloupe - Tél. : 05 90 80 41 17 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser." target=_blank>Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - www.interreg-caraibes.org
 

2006, ANNEE SENGHOR

L'Organisation Internationale de la Francophonie a déclaré 2006 "année Senghor". Une série de manifestations sera organisée dans le monde entier pour célébrer la mémoire du poète qui fut l'un des fondateurs de la Francophonie et de la diversité culturelle. Plus d'infos >>
 

ATELIER "CONTES EN MUSIQUE" EN JAMAÏQUE

Suzy Ronel et Serge Tamas, de la Guadeloupe, font le bilan (disponible en téléchargement) de leur atelier d'écriture "Contes en musique" pour les futurs enseignants de français en Jamaïque. Un dialogue interculturel s'est établi entre les étudiants et les artistes pour des ateliers organisés dans le cadre de Lire en Fête 2005, manifestation française qui vise à populariser la littérature. Antoine Violleau, responsable de la médiathèque de l'Alliance Française de la Jamaïque à Kingston, précise : "Pour mieux comprendre la relation que les Jamaïcains entretiennent avec la littérature, il est important de remarquer que la Jamaïque, tout comme la Guadeloupe, est un pays bilingue : une langue écrite et officielle, l'anglais, et une langue vernaculaire : le patois (terme jamaïcain inspiré du français pour nommer ce créole à base anglaise). La littérature, expression entre autres de la mythologie, de l'affectif et de la symbolique d'un peuple, est en Jamaïque, issue de la tradition orale. Qu'elle s'exprime sous la forme de Dub Poetry1 ou de contes, elle obéit au rythme des tambours traditionnels Nyabinghi2. Son souffle est donc musical et s'exprime en patois."
En savoir plus sur http://www.alliancefr.org.jm.

1. type de poésie jamaïcaine a capella ou accompagnée d'instruments qui joue avec les mots et leur structure.
2. musique religieuse Rasta
 
 
SAINT-LAURENT DU MARONI, VILLE D'ART ET D'HISTOIRE
 
Le Conseil national des Villes et Pays d'art et d'histoire, présidé par le ministre de la Culture et de la Communication, a attribué le label "Ville d'art et d'histoire" à Saint-Laurent du Maroni (Guyane). Première ville labellisée en Guyane, riche de son patrimoine historique, archéologique et naturel, comme de sa culture transamazonienne, Saint-Laurent du Maroni développe un projet fédérateur sur le plan de la cohésion sociale prenant en compte la diversité et la jeunesse de sa population. Le label lui permettra de structurer une offre touristique de qualité et de contribuer au développement économique du territoire et se concrétise par une convention instaurant un partenariat durable entre l'Etat et les collectivités territoriales concernées.
Dans le cadre de ce label, la collectivité, avec le soutien de l'Etat, recrute un personnel qualifié, organise des actions de sensibilisation et crée des ateliers pédagogiques. Un centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine est mis en place. Equipement de proximité, celui-ci présente l'évolution de la ville ou du pays et accueille débats et conférences sur l'actualité de l'architecture, de l'urbanisme, du patrimoine et du paysage. Plus d'infos sur le site de l'Office du tourisme. Sur la vie quotidienne à Saint-Laurent : www.97320.com.
 
 
KAMALAKULI MATO PA MÒ
 
Le Festival International des Conteurs à Kamalakuli (Saint-Laurent du Maroni, Guyane) devrait se poursuivre, repris par la mairie de Kamalakuli. Nous annoncions dans la lettre n° 347 d'octobre 2005 que son directeur, Franck Compper, souhaitait confier l'organisation de l'évènement à une municipalité pour mieux se consacrer à un travail en profondeur sur le conte (réflexion et pratique sur l'art du conte, formations à destination des enfants dans les Karbé-kont, collecte de contes...). La mairie de Kamalakuli et ses services armés pour ce genre de défi ont donc accepté de reprendre le flambeau en accord avec Krakémantò, l'association fondatrice du festival. C'est une bonne nouvelle car Kamalakuli Mato, avec Krakémantò, a contribué à l'impulsion d'une dynamique nouvelle autour du conte et l'impact qu'a déjà ce festival pourra être prolongé. Mimisouk Kamalakuli Mato ? Plus d'infos sur le dernier festival (juillet 2005) en page spéciale >>
 
 
LANCEMENT DU PROJET CARIBE XXI
 
Initié par la revue littéraire Vetas, ce projet a pour objectif de mettre en contact des institutions culturelles, des centres de diffusion et des artistes résidant dans les différentes îles caribéennes mais aussi en Europe (Espagne, France, Royaume-Uni...) afin de promouvoir toute manifestation artistique avec une prédilection toutefois pour des artistes novateurs et avant-gardistes.
En parallèle, CARIBE XXI servira également d'appui économique et promotionnel à des ONG implantées dans les îles et qui développent des programmes éducatifs (alphabétisation, écoles rurales, bibliothèques, etc.)
Actuellement les instigateurs de ce projet souhaitent établir un contact avec des associations similaires (agents culturels/artistiques) pour un échange d'expérience et de savoir-faire à ce sujet. Si vous souhaitez participer à ce projet ou pour de plus amples détails, contactez Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser." target=_blank>Rocío Rodríguez-Reyes.
Share