On a lu...

A l ombre du flamboyantA l'ombre du flamboyant, album CD, collectage : Chantal Grosléziat, musique : Paul Mindy, illustrations : Laurent Corvaisier - 60 p. - 23,5 €- Ed. Didier Jeunesse 2004. A l’ombre du flamboyant, un livre, un cd.

Les chants du monde pour enfants s’imposent de plus en plus dans les collections jeunesse. L'éditeur Didier Jeunesse propose des ouvrages par communautés linguistes et culturelles. Cela donne des ouvrages de qualité, aussi bien musicale que graphique ou sociologique. Les livrets reprennent non seulement les chants, mais proposent aussi des textes d’explications sur les cultures et l’histoire des peuples. C’est particulièrement le cas pour celui qui concerne la Caraïbe intitulé A l’ombre du flamboyant dont la préface est signée Hector Poullet, incontournable collectionneur de mots créoles depuis nanni nannan(1). Quelques chansons sont interprétées par Mario Canonge ou Dédé Saint-Prix et les dessins du livret allient les techniques du découpage avec des couleurs chaudes et contrastées.
On découvre ainsi la version en créole haïtien de Frères Jacques dont les tambours font quand même "ding deng dong"… Les parents retrouvent la signification ou l’origine du mot créole kalé ou décalé qui viendrait de "arracher l’écal", sévice pratiqué à l’encontre des esclaves. Animaux mystérieux, diables et personnages aux pouvoirs magiques ou menaçants hantent des chansons qui racontent la misère antan Wobè ou Sorin "touléjou sé la farin sèch / lanmori woti épi fouyapen / ki mannyé ou lé mwen vini gwo, si manman-mwen pa ka ban mwen manjé…"(2)
"Zip zap wabap", des chansons à double sens, aux connotations sexuelles qui appartiennent au répertoire traditionnel créole côtoient "manman-doudou", une version en hommage aux manmans contrairement à la chanson source aux tragiques paroles "lè pitit an-mwen ka mandé mwen tété / Mwen kalé ba-li manjé matété"(3). La chanson devient ainsi "Manman doudou, évè lan mou, ou rivé fè si nou gran jodijou". (4)
A l’ombre du flamboyant fait partie de la collection Les petits cousins, publiée après celles sur les chansons du Maghreb (A l’ombre de l’Olivier), celles d’Afrique noire (Comptines et berceuses du Baobab), celles du Brésil et Portugal (Comptines et chansons du papagaio), et les recueils de comptines espagnoles, allemandes, anglaises, italiennes.
La maison d’édition se réjouit de voir cette collection utilisée depuis dix années incitant les enfants à ressentir très tôt "le désir d’une autre culture et autre langue par le jeu des ressemblances et des différences". Une formule qui fonctionne bien et a poussé Didier Jeunesse à publier un recueil de contes rassemblant des histoires du monde entier, du Bénin au Vietnam en passant par Haïti.

(1) depuis extrêmement longtemps
(2) tous les jours, je mange de la farine sans rien / de la morue rôtie avec du fruit à pain / comment grandir / si ma maman ne me donne pas à manger /
(3) quand mon petit me demande le sein, je lui donne du Matété (plats de riz avec crabes, indigeste pour un nouveau né)
(4) manman doudou, c'est ton amour qui nous a nourri pour faire de nous des adultes

Plus d'infos sur www.didierjeunesse.com >>
Share